Les moulinets ASHAWAY

Mon ami Guy Nadales a déniché le mois dernier un moulinet Américain qui a aiguisé sa curiosité.  En insatiable collectionneur passionné, il a voulu en savoir plus sur cet étrange engin et il a poussé très loin ses investigations, en accumulant au passage un flot de documentation conséquent. Je comptais faire un petit topo là-dessus mais devant l’ampleur du dossier, j’ai préféré lui laisser la parole !! Après-tout c’est lui le spécialiste des moulinets anciens, pas moi… Vous allez donc tout savoir sur la marque Ashaway, ou presque. Bonne lecture !

 

ASHAWAY V°!!

Je remercie bien chaleureusement mon ami Jean-Paul pour me laisser l’occasion de parler d’un petit moulinet méconnu chez nous et bien peu Outre-Atlantique si je me fie aux conversations des forums consultés. Ce moulinet a été trouvé au 3ème salon Troc Pêche de Brignoles, ce 24 février 2018 au hasard des recherches sur les stands ; il s’agit d’un petit moulinet à tambour fixe tout alu. Marqué ASHAWAY Slip-Cast Reel sur le couvercle et MFG. BY OHIO TOOL CLEVELAND sur le bouton de frein, il a tout de suite attiré mon attention et attisé ma convoitise… A savoir pourquoi !? Sa taille presque minuscule, son ancienneté apparente, son origine US, ses particularités !? En effet, il a un levier de commande au pouce, donc devant pêcher au-dessus de la canne…

Mais comment cela fonctionnait-il vraiment !?

C’est pourquoi de retour au bercail, je me suis mis à faire des recherches sur le Net et là, depuis plus d’un mois, je suis allé de surprises en surprises au point d’avoir l’envie de faire une fiche ou document de travail comme j’ai pour habitude de faire.

Voilà donc ci-dessous, le fruit de mes recherches… A savoir qu’au vu des archives plus que limitées, forums et documents publicitaires retrouvés, certains détails ou évènements sont très surement manquants… L’enquête restera donc ouverte… J’aurais pourtant aimé en savoir plus sur les personnages et les compagnies qui ont diffusé pendant quelques années seulement ce moulinet, du début de 1948 jusqu’au milieu des années 50. Toute nouvelle information sera la bienvenue, merci d’avance !

Étant destiné en premier lieu à créer une archive personnelle papier, donc bien paginée, j’ai rajouté des repères pour en faciliter la lecture. Quelques restructurations et des nouveaux éléments sont venus s’intégrer avec plus de commodités, ce qui assure une mise en page et une lecture plus agréable et précise.

Il ne s’agit pas ici d’en faire une autopsie rigoureuse et détaillée comme sait si bien le faire Jean-Paul, mais aussi de remonter le temps pour connaître son histoire afin de le présenter le plus justement et précisément possible. Ce premier moulinet à tambour fixe pêchant au-dessus de la canne, dont le brevet est l’œuvre…

Page 1

Moulinets anciens ASHAWAY & OTCO

SlipCast Reel & Surf SlipCaster

Document de travail & Étude Comparative 

Guy NADALES – 06 Mars 2018

Des études de conception ayant fait l’objet d’un brevet pour un tout nouveau moulinet destiné au marché américain ont été faites par Charles RITZ, de la famille des grands hôtels Ritz et par Paul MAUBORGNE, l’inventeur des célèbres moulinets à tambour fixe ; les Pezon & Michel Sport, les LUXOR et plus tard, les CRACK.

Le premier brevet concernant un moulinet à tambour fixe pour pêcher au-dessus de la canne est déposé en France, à Paris, aux noms de Charles RITZ et Paul MAUBORGNE en juillet 1945 et délivré en septembre 1946, sous le numéro 916.956.

C’est alors que Charles Ritz a présenté le prototype de ce nouveau moulinet à Julian T. Crandall, ami, propriétaire et Président d’Ashaway Line & Twine Mfg. Co. d’Ashaway dans le Rhodes Island.

Uniquement au titre de la recherche d’anecdote, le T de Julian T. Crandall ne fait place à aucun prénom et pourrait correspondre à son lieu de naissance le Tennessee, si l’on se réfère au Recensement fédéral de la population des États-Unis en 1940 dans le Rhodes Island.

Il ne fait aucun doute que la conception de ce moulinet était de pouvoir utiliser les cannes spinning, les moulinets pêchant au-dessus des cannes. A l’époque, c’était la demande des pêcheurs d’Amérique du Nord, précurseurs de ce type de pêche au lancer et non sous la canne comme c’était le cas pour le marché européen. Pour cette parenthèse, déjà en 1942, Charles RITZ et Paul MAUBORGNE avaient déposé un brevet délivré en 1945, portant le numéro 882.204, pour un moulinet-canne pouvant pêcher avec la canne au-dessous ou bien au-dessus.

Julian T. Crandall a été le pionnier dans l’utilisation du mono filament et du dacron ainsi que d’autres matériaux utilisés pour les lignes de pêche, comme par exemple un kit de survie devenu standard pour les forces de combat.

Apparemment, il subsistait quelques problèmes concernant les brevets et Julian T. Crandall du créer une société distincte appelée Ashaway Incorporation à Westerly dans le Rhodes Island.

Un deuxième brevet est alors délivré en 1948 aux États Unis, signé uniquement par Paul MAUBORGNE sous le numéro 648.505.

Julian T. Crandall a ensuite contacté l’Ohio Tool Compagny (OTCO) de Cleveland, Ohio, pour leurs mises en fabrication.

Un accord passé avec la compagnie OTCO a fait que ce moulinet se retrouve sous ces deux appellations. Cet accord contractuel entre ASHAWAY et l’Ohio Tool Compagny permettait à OTCO d’en commercialiser un certain nombre sous son nom.

C’est ainsi que nous retrouvons ces mêmes moulinets fabriqués il y a maintenant soixante dix ans vendus sous ASHAWAY et OTCO, les Slip-Cast Reel et les Surf Slip-Caster.

La production a débuté en 1947 et ce n’est qu’au début de 1948, qu’Ashaway Line & Twine Mfg. Co. de Rhode Island a présenté et mis en vente son moulinet à tambour fixe l’ASHAWAY Slip-Cast Reel.

Le Slip-Cast Reel était un moulinet de taille réduite comportant un système à anse de panier avec un levier de commande au pouce pour bloquer la ligne contre la bobine avant le lancer.

Quelques mois plus tard, fin 1948, la société présentait son nouveau modèle, le  ASHAWAY Surf Slip-Cast. C’était une plus grande version conçue pour la pêche en environnement salin et il avait pour cela en plus de l’acier inoxydable, un traitement anodique. Les deux modèles ont été fabriqués pendant quelques années.

Plus tard, la compagnie OTCO rencontrait quelques problèmes financiers et leurs fabrications durent cesser.

Les prix de vente public avec les taxes fédérales étaient identiques pour les deux compagnies et cela pour les deux modèles.

Ces deux compagnies étaient reconnues dans d’autres domaines, l’outillage principalement pour le travail et l’assemblage du bois étant la spécialité pour OTCO. ASHAWAY, quant à elle, ne fabriquait jusque là que de la ficelle et des cordages ainsi que des lignes pour la pêche.

Durant la même période, la compagnie OTCO a fabriqué des modèles « mer » pour la pêche à la traîne. J’ai retrouvé des images (pages 8 et 18) montrant ce moulinet d’une conception ancienne, mais n’ayant pas pris une ride. De nos jours, OTCO fabrique toujours de l’outillage.

La compagnie ASHAWAY ne fabrique plus de ligne pour la pêche, toute sa production est maintenant orientée vers les cordes de raquettes de tennis, badminton, squash et racquetball. Les bâtiments ont gardé la même façade et ont doublé de volume. Une partie, semble-t’il, serait réservée à un petit musée.

A noter que trois compagnies « OHIO Tool Compagny » sont recensées. A Cleveland et à Colombus dans l’Ohio et à Auburn dans l’état de New York. Les deux dernières sont-elles en relation avec la première ? Étaient-elles des filiales l’une de l’autre !? Suite aux documents retrouvés et mis en page 4, Il apparaît comme évident que c’est le cas pour Columbus et Auburn.

Page 2

Publicités ASHAWAY avant fabrication

Page 3

Page 3

Publicités OTCO avant fabrication

Page 4

Certaines images peuvent ne pas être contractuelles !

Page 4

Le brevet de Charles RITZ et Paul MAUBORGNE
demandé en France le 14 janvier 1942
délivré le 22 février  1943
Sous le numéro 882.204

Page 5 Brevet 1

Le brevet de Charles RITZ et Paul MAUBORGNE
demandé en France le  2 juillet 1945
délivré le 2 septembre 1946
Sous le numéro  916.956

Page 5 Brevet 2

Page 5

Le brevet de Paul MAUBORGNE demandé
aux Etats Unis le 8 août 1946
Délivré le 12 avril 1948
Sous le numéro 648.505

Page 6 Brevet 3
Page 6

Publicités du moulinet ASHAWAY

Page 7
Page 7

Publicités du moulinet OTCO

Page 8

Certaines images peuvent ne pas être contractuelles !

Page 8

Notice du ASHAWAY Slip-Cast Reel

Page 9H

Page 9B

Propriétés et photos de Tom DELONG.

Page 9

Explications en images

Cet exemplaire est celui trouvé au 3ème Troc Pêche de Brignoles. C’est ce petit bout de métal qui a déclenché autant de passion et d’acharnement à savoir qui il est réellement.

Il avait le ressort de l’anse de panier (pickup) cassé en deux et un jeu important au niveau du disque (bol). Pièces manquantes!!!??? Je ne pourrais le savoir qu’en examinant un autre modèle. J’ai pu lui trouver deux rondelles semblant être faites pour lui en diamètre et épaisseurs ; l’une en aluminium pour entretoise , l’autre en acier pour la friction… Ce que c’est lorsque l’on est conservateur 😉 Il faut de la place mais cela peut être tout bénéfice pour un bricoleur dévoué à la cause !

Page 10H

En bref, il s’agit de procéder ainsi :

– Positionner l’anse vers la canne (1), puis la canne en main droite, relever l’anse avec la main gauche (2) et presser simultanément sur la commande au pouce droit (3) pour mettre en contact le petit levier contre le haut de la bobine (4) afin de bloquer le déroulement de la ligne.

– Lancer la ligne main droite et libérer au bon moment la commande au pouce… avec possibilité de ré-appuyer légèrement sur cette commande pour ralentir la ligne en fin de course et éviter le phénomène nommé « perruque ».

– La canne en main gauche, un simple petit coup de manivelle suffit pour rabattre l’anse du pickup et ramener la ligne.

Page 10B

Un petit trou près de l’axe du levier (flèche rouge) et une encoche (flèche verte) sur le pied du bâti accueillent le petit ressort de rappel du levier.

Les 4 vis, leurs rondelles de serrage, les deux rondelles intercalaires, l’axe du levier ainsi que la semelle sont en acier inox. Le ressort est en acier zingué et le levier en aluminium.

A noter, les trous des rondelles intercalaires en forme de goutte d’eau… ou d’huile 😉 sans doute pour mieux répartir la lubrification et minimiser l’usure du levier en aluminium… Je ne me l’explique pas autrement !

Page 10

ASHAWAY

Slip-Cast Reel

Page 11H

Une magnifique canne en bambou refendu équipée d’un Slip-Cast Reel. Ces bobines peintes sont marquées avec la contenance et la résistance du fil, un backing ou réducteur en liège est présent. Les bobines étaient également disponibles anodisées.

Ci-dessous, au centre sur l’extrait d’un journal de 1948, Julian T. Crandall en chemise à carreaux explique le fonctionnement du Slip-Cast Reel.

Page 11Bter

Collection Jean-Noël BOHN.

Page 11
Page 12H

Collection Jean-Noël BOHN

Il est construit en alliage d’aluminium, bronze et acier inoxydable pour un poids de 7oz (198,45g) et un ratio de 2,7:1             Numéro de série : A01623 Renforcé

A sa sortie, il était vendu 22,50 USD  taxe fédérale incluse.

Des jeux de bobines étaient livrées en boîte de 4 avec des diamètres de fils différents pouvant pallier à plusieurs types de pêche. Dans le coffret de droite, elles sont anodisées.

Page 12B

Page 12

Page 13

Page 13
Page 14

Monté sur une magnifique petite canne KIT KAST spinning de voyage.
Ensemble vendu à 39,99 + 28,23 + 12,7o USD de frais d’importation

Page 14

ASHAWAY

Surf Slip-Caster

Page 15H

Apparu environ 8 mois plus tard, le Surf Slip-Caster est une évolution du Slip-Cast Reel, plus réservé à l’usage salin. Il était affiché au prix de 35,00 USD taxe fédérale comprise.

Ce deuxième modèle a une bobine en aluminium de plus grande contenance, pouvant lancer plus loin. Le bâti est revu pour une course plus importante de l’axe principal. Le col, entre bol et pignon, étant nettement plus long que sur le Slip Cast Reel et l’axe central de plus gros diamètre, lui ont sans aucun doute valu de ne pas avoir de renfort de son axe principal. Il est doté d’un anti-retour, le bâti est en aluminium moulé, puis anodisé noir du plus bel effet. Le bol est en acier inoxydable.

Page 15B

Page 15

 OTCO

Slip-Cast Reel

Page 16H

Page 16

 OTCO

Surf Slip-Caster

Page 17H

Le Surf Slip-Caster de chez OTCO a les mêmes caractéristiques que l’ASHAWAY. Les boutons de frein de bobine sont tous vus noirs avec les inscriptions blanches.

Ci-dessous, OTCO et ASHAWAY côte à côte, identiques en dehors des marquages. Les deux tailles sont bien distinctes.

Page 17B

En arrière plan, des bobines communes anodisées en vert, bleu et doré et les deux modèles, Surf Slip-Caster & Slip-Cast Reel. Collection Jean-Noël BOHN.

Page 17

Autre moulinet produit chez OTCO

Un clin d’œil sur le modèle traîne qui n’a pas pris une ride, le Deep Sea (!?) livré en trois tailles : 4/0, 6/0 et 12/0.

Aperçu au bas de la page 8 sur les pages publicitaires du journal « Field & Stream » de décembre 1948 et janvier 1949.

Page 18

Page 18

Bobines et boutons de frein

Page 19H

Nous pouvons en déduire que la bobine alu était livrée d’office avec le moulinet et qu’ainsi, celles de couleurs peu rencontrées, étaient une option au moment de l’achat, des boîtes de 4 bobines de couleurs étant retrouvées.

Ces bobines de couleurs, peintes ou anodisées, spécialement conçues pour ce moulinet sont livrées avec plusieurs diamètres de fils. Il en est de même pour le modèle Surf Slip-Caster.

Contenances :    5 lb 200 yds        7 1/2 lb  150 yds       10 lb 125 yds       12 1/2 lb  200 yds

Page 19M

Les boutons de frein portent le nom du fabriquant MFB.BY OHIO TOOL CLEVELAND avec le logo de la compagnie.

Un seul bouton de frein noir est observé non marqué. Il semble être en bakélite et restera un mystère !?…

Page 19B

Page 19

Modifications personnalisées par le Pêcheur

Page 20H

Le levier ou doigt est gainé de matière caoutchouteuse, sans doute pour une plus douce et meilleure préhension du fil car le contact doigt-bobine en matériaux « durs » devaient occasionner des casses à « l’arraché » à l’occasion du lancer. (Voir mon RECTIFICATIF du 14 avril 2018!).

Page 20M

early-OLD-VINTAGE-FISHING-REEL-ODD-ASHAWAY-SLIP

Ici, le levier a subi une modification, très certainement l’œuvre d’un gaucher pour éviter de changer de main lorsqu’il devait lancer et ramener sa ligne.

Conclusions

Si l’on se fie aux numéros de série, on peut s’apercevoir que les exemplaires avec des renforts-guides d’axe principal ont du apparaître simultanément avec ceux qui n’en ont pas, ce renfort devait être une option et non une évolution. Sinon comment expliquer que les modèles avec des numéros bien plus avancés en soient dépourvus !

Ce moulinet à tambour fixe positionné au-dessus de la canne et son système pour retenir le fil avait l’avantage d’être une nouveauté, mais était-ce vraiment fiable en conditions de pêche ?…

Si l’on tient compte que des moulinets sont retrouvés modifiés par des pêcheurs ayant eu des problèmes, pour en avoir adouci le contact avec des gainages en caoutchouc, c’est probablement pour éviter les ruptures de ligne !!!

Le ressort du pick-up semble avoir une faiblesse car retrouvé défaillant sur plusieurs exemplaires dont le mien.

L’anse de pick-up a tendance à s’oxyder, est-ce une question de stockage, d’entretien ou de la qualité du « plaquage », à cette époque !?

Des modèles observés d’après photos, aucun Surf Slip-Caster n’a la vis plus grande à l’arrière du moulinet. Cela veut-il dire qu’il n’y a pas de modèles renforcés en bout de l’axe principal ? Le système semble bien plus rigide que sur le petit modèle.

Les modèles retrouvés sous OTCO sont moins nombreux. Mise en cause : la production plus réduite que les ASHAWAY… ce qui en fait des pièces plus dures à trouver et donc augmente leurs valeurs en collection.

La poignée de manivelle du modèle Surf, taille mise à part, est retrouvée presque à l’identique sur le moulinet traîne fabriquée par l’Ohio Tool Compagny.

Page 20

ASHAWAY Line & Twine MFG. CO.

1948-2018

Page 21H

La compagnie ASHAWAY a été créé en 1824, elle se nommait alors ; CRANDALL Line Compagny, gérée semble t’il par Lester Crandall nommé « Captain ».

Fin des années 40, le personnel pose pour la postérité, aujourd’hui le bâtiment semble fantôme et pourtant derrière les murs,  l’activité est toujours là. L’enseigne, plus petite, a changé d’orientation.

Page 21B

Image de la vidéo

L’utilisation en images animées, avec ce lien d’une petite vidéo diffusée sur YouTube faite pour SENKO SKIPPER d’environ 15 mn et présentée par un animateur plutôt cool qui en profite au passage pour faire sa petite promo et nous fait une démonstration d’utilisation du moulinet ASHAWAY 😉

https://www.youtube.com/watch?v=9bZ3ws7MvZo

Une toute dernière information que je préfère ne citer qu’en dernier : Ceux qui connaissent bien les soies ASHAWAY doivent savoir que sur les plus anciennes étiquettes figure une croix gammée qui était appelée jadis SWASTIKA. Le mot swastika vient du sanscrit Svastika, qui signifie «bonne fortune» ou «bien-être». Nul n’est besoin de préciser la connotation avec des évènements tristement célèbres lors de la deuxième guerre mondiale. Cette croix de plus de 5000 ans à vocation positive ayant été reprise à des fins que nous connaissons de façon dramatique.

Pourtant cette croix est à l’origine un symbole de chance ; extrait d’une traduction :

… « Les collectionneurs peuvent être surpris et intéressés d’apprendre que la croix gammée était effectivement considérée comme un symbole positif depuis des milliers d’années et a été utilisée comme symbole de «bonne chance» pendant de nombreux siècles, dans de nombreux pays et par de nombreuses cultures différentes. Avant d’être adopté par H… »

Merci d’avoir résisté jusqu’au bout de cette longue enquête 😉 en souhaitant que vous ayez eu autant d’attention à la découvrir que j’en ai eu lors de mes investigations.

Page 21

Textes et photos : Guy NADALES

Archives et photos issues de la collection : Jean-Noël BOHN

Archives de Luc BARTHELOT : WRIGHT’S Spinning Reel Reference & Value Guide de Ben WRIGHT

Autres sources, photos et documentations issues du Web : ORCA On Line, A FEW LINES ABOUT LINE, OLDREELS, THE RULES, FISHING FOR HISTORY, JD’s Big Game, Pinterest, Sport Afield, Tom DELONG, ALIFETIME, L’HAMECON, ASHAWAY Sportman, eBay, Leboncoin, Google Maps, YouTube.

Brevets : INPI & Espacenet .

 

 

 

Publicités

9 réactions sur “Les moulinets ASHAWAY

  1. Bravo Guy! Ashaway… Un nom qui sonne. Je vois bien John Wayne pêcher avec!! L’origine de ce moulinet est quand même étonnante…On va dire que c’est un moulinet Francain 🙂 ! Le moulinet de Gaston Lagaffe? OK j’arrête. Chapeau en tout cas pour la doc, quelle opiniâtreté… J’attends le prochain article avec impatience 😉 !

    J'aime

    • Merci Jean-Paul, je ne sais pas si John Wayne aimait la pêche ou était pêcheur mais… tu veux que je me renseigne !?? 😉 😉 Non ! je n’irais pas jusque là… Laissons John Wayne à ce qu’il était, un sacré héros des westerns de notre jeunesse 😉 Pour le prochain article, laisses-moi souffler ! 😉 Plus d’un mois d’enquête, tous les jours dessus et je n’ai pas pu et voulu tout mettre… il y a des choix à faire, sinon il aurait fallu 3 ou 4 « pages » supplémentaires, sans pour autant être informatif. J’ai trouvé cette histoire passionnante du début à la fin… jusqu’au rappel historique que bon nombre de gens doivent ignorer… tout comme je l’ai découvert… 🙂 Bon ! par pudeur, je n’ai pas voulu mettre une étiquette avec cette fameuse croix !

      J'aime

    • Merci Laurent !
      Pour ce qui est de la photo au-dessus, cela fait partie des habitudes et de la philosophie du blog. C’est Jean-Paul le boss !
      Je vais dire que je suis plutôt de son avis, pourquoi !? Dans le cas de cet article débuter avec deux pages à lire, cela peut être long et usant avant de voir la première photo. Je pense qu’une ou deux photos recto-verso ne sont pas si mal pour donner envie au lecteur d’aller plus loin… après la page 1 vivement la 2 et ainsi de suite… et comme tout bouquin, arriver à la fin et se dire « C’est déjà fini » !?? Maintenant, c’est aussi une histoire de goût 😉

      J'aime

    • Oups ! Jean Paul vient de me dire… pour « au-dessus » !
      Pardon Laurent pour la méprise, 😦 c’est vrai que j’y suis « tellement dessus » 😉 depuis un moment que cela était pour moi comme une évidence. J’ai complètement zappé et vais devoir faire une pénitence. Il s’agit simplement d’une tendance « us et coutumes » du continent. L’étude de ce moulinet n’aurait pas eu lieu d’être tout comme les cannes dédiées.
      Ce moulinet peut pêcher en-dessous mais l’action du levier devient difficile et surtout inutile. Ce qui me « gêne » le plus est le fait de devoir changer de main au risque de se mélanger les pinceaux.

      J'aime

    • Merci Andy ! Tout est dit ou presque, je reste ouvert aux commentaires et aux nouveaux éléments si vous deviez en avoir.
      Le Web est un outil de travail formidable ! mais sans l’aide d’amis, la pêche ne serait aussi miraculeuse 😉

      J'aime

  2. Bravo GUY, pour ce travail de recherches.
    C’est une véritable autopsie du moulinet ASHAWAY, avec la difficulté d’opérer sur deux continents, ce n’était pas évident surtout en un temps record de quelques semaines. Je sais l’investissement que cela à représenté.
    Les amateurs de ce type de moulinets peuvent te dire Merci Guy.
    Amicalement.
    Luc

    J'aime

  3. Merci beaucoup Luc 😉 Une sacrée enquête, mais si passionnante, j’ai cru au début galérer. Au final, je trouve encore des choses aujourd’hui et demain encore sans doute.

    A ce sujet, j’aurai un rectificatif que je me dois de faire car je pense que cela a son importance. Il se fera d’ici quelques jours, sans doute lundi ou au mieux dimanche soir.
    Comme quoi une histoire ne s’achève jamais car elle peut emmener son lot de surprises.

    J’étais surtout heureux de pouvoir lui accorder comme il le mérite plus de 20-30 lignes, vues dans la plupart des sites qui en parlent… Jean Paul m’en a laissé l’occasion et je l’en remercie encore 😉
    Il ne faut pas hésiter à fouiller et ouvrir tous les liens… fait sur 6 pages de ma page de recherche préférée…
    Une info par-ci, une info par-là, les pubs de l’époque, les moulins révélateurs de Jean Noël… font qu’au plaisir d’écrire s’est mêlée l’envie de partager.
    J’ai volontairement réduit et fais une sacrée sélection car de 21 pages je serais passé à 5-6 de plus !
    Bien amicalement
    Guy

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s