le moulinet Ecooda Hornet 6000

Meilleurs vœux à tous, que 2018 soit avec vous! On commence l’année par une chinoiserie correcte, le Hornet 6000, qui intéressera sans doute les pêcheurs en mer. J’avais dit l’année dernière à son sujet qu’il serait à la peine avec les carangues et c’est vrai, ce n’est pas un moulinet réellement adapté pour l’exo comme nous allons le voir, même dans les tailles supérieures, mais il est tout à fait performant pour les pêches en verticale ou sur épave par chez nous. Très solide et disposant d’une bonne étanchéité, il fait un concurrent sérieux aux moulinets moyen de gamme de Daiwa et Shimano.

Ce moulinet n’a pas eu de chance… Je l’avais testé en eau douce brièvement avant de l’expédier en Corse pour que mon ami Fiumara le teste sur les dentis et les sérioles mais ces derniers ont boudés ses appâts, il m’est donc revenu bredouille! Ça ne veut pas dire qu’il est mauvais bien sûr mais son frein n’a pas chanté, dommage, et ce n’est pas faute d’avoir essayé, il a parcouru beaucoup de kilomètres en kayak!

Le Hornet 6000 est destiné soi-disant aux pêches exotiques, il reprend d’ailleurs dans ses grandes lignes les anciens Saltiga, avec une cosmétique…Chinoise! On aime ou pas, perso je le trouve assez moche et bling-bling, mais il est agréable en main, d’une grande douceur de rotation et d’un poids encore raisonnable (565g). C’est le plus petit de la gamme, qui va jusqu’au 20000 pour un poids de 910g. On le trouve comme toujours sous d’autres noms et d’autres cosmétiques, comme Ajiking, Hypafin ou Black Marlin. Disons que le Hornet est en général moins cher, j’ai payé le mien moins de 80€, ce qui est correct compte tenu de l’engin.La bobine est proprement usinée, avec un cliquet bruiteur très sonore. On aurait pu l’alléger encore en perçant quelques trous de plus…La pile de frein se compose de trois disques en carbone, ce qui est un peu insuffisant. Même si le carbone utilisé est de qualité acceptable et se rapproche peu ou prou du Carbontex, on n’atteint pas les 15kg de puissance annoncés, je m’en doutais! Passé 9kg, écrou serré à fond, le frein se bloque… Normal, il aurait fallu des disques plus grands et plus larges, et surtout un disque supplémentaire sous la bobine. Disons que c’est tout juste correct pour un moulinet de ce poids. Ceci-dit la régularité est bonne et les bras du pick-up ne se déforment presque pas sous la traction, ce frein est donc fonctionnel et fiable jusqu’à 7kg. Deux roulements sur l’axe, en dessous de la pile, aident à vaincre l’inertie du frein et c’est vrai que même serré dur, il entre très rapidement en action sans blocage. Rien de transcendant mais ça marche… J’imagine que les modèles au-dessus ayant des bobines plus larges ont des disques plus larges eux-aussi et une plus grande puissance de freinage mais divisez par deux les valeurs annoncées, c’est plus prudent!

Le bouton de frein est massif, très large et doté d’un ressort puissant mais malheureusement le filetage de l’axe est un peu bref, ce qui ne donne pas une bonne progressivité.

L’axe mesure 5mm d’épaisseur mais j’ai des doutes sur la qualité de l’inox utilisé… Vraisemblablement de l’inox ferritique bas de gamme qui risque de s’oxyder à plus ou moins long terme. J’avais demandé à Fiumara qu’il ne rince pas le moulinet à l’eau douce après la pêche pour voir comment il résisterait au sel: apparemment plutôt bien, je n’ai pas relevé la moindre trace de rouille, mais il faudrait mener l’expérience sur une plus longue durée. On trouve aussi ce type d’axe chez Daiwa, ce n’est pas forcément signe de mauvaise qualité…Sur l’axe est riveté un manchon en laiton qui porte les cales de réglage de la bobine. Chose curieuse, quelque soit le nombre de cales l’enroulement obtenu est identique, je n’arrive vraiment pas à m’expliquer pourquoi… J’ai essayé d’obtenir divers enroulements (droit, conique, etc,…) rien à faire! Toujours le même enroulement, légèrement conique, à l’arrivée.

Le manchon est retenu par une goupille en acier qu’il faut faire sauter avec un chasse-goupille normalement mais comme je n’en ai pas j’ai utilisé un petit foret de même diamètre et un marteau: un coup sec et ça part. Attention, il faut frapper du bon côté car la goupille a une extrémité rainurée légèrement plus large pour la bloquer, il faut taper de l’autre côté!

L’écrou de rotor est en laiton aussi, il possède un joint d’étanchéité efficace.

Le rotor lui-même possède 2 joints bien placés. Logiquement aucune goutte ne doit pouvoir pénétrer par l’axe.

Ce rotor est en alu moulé, comme le bâti, bien conçu et équilibré à la base pour qu’on ne lui rajoute pas de masselottes par la suite.

L’arceau est en alu creux, très large. Le mécanisme de déclenchement est solide et doux, le ressort à compression de bonne qualité, rien à redire de ce côté là.

La ligne de galet est plus sommaire, il n’y a pas de roulement mais une simple douille en nylon. Ça tourne, mais il faudrait peut-être la remplacer à un moment donné par un roulement, le nylon ça s’use vite, surtout sous un galet qui effectue des milliers de tours à chaque sortie (c’est le roulement le plus sollicité sur un moulinet)!

Le bloc anti-retour est protégé par un autre joint sous le premier collier, encore un effort pour l’étanchéité. Je ne sais pas si c’est vraiment efficace mais c’est à saluer.L’anti-retour en lui-même est solide, bien dimensionné, il n’a pas de jeu perceptible.

Le train d’engrenage du Hornet m’a surpris par sa robustesse. D’habitude les Chinois soignent l’extérieur mais rarement l’intérieur… Ici on a quelque chose qui tient vraiment la route, à priori. Les engrenages sont en laiton (sauf la roue de commande) et il y a un anti-retour de secours bien pensé, chose rare sur un petit moulinet 6000. Par contre pas de joint d’étanchéité qui fait le tour du bâti (en alu moulé) comme il était promis dans le descriptif… Peut-être les modèles plus grands l’ont-ils. Sur la droite du moulinet un petit port de maintenance a été ajouté (avec une vis étanche) histoire de mettre une goutte d’huile de temps en temps.

On voit que le pignon est donc stoppé par l’anti-retour de secours en cas de rupture de l’anti-retour infini (flèche rouge), que la came est bien guidée par un rail supérieur (flèche bleue) et petit détail supplémentaire mais qui a son importance, les roulements qui portent la roue de commande sont maintenus par des vis de fixation qui les empêchent de tourner sur eux-même (flèche jaune). En effet pour qu’un roulement soit efficient, il faut que l’anneau extérieur soit fixe, seule la partie interne doit tourner, c’est le cas ici et c’est la première fois que je le vois sur un moulin Chinois. C’est bien pensé, je ne peux qu’approuver.L’autre côté du carter possède aussi  des vis pour maintenir le roulement gauche. A signaler aussi qu’un joint prévient les entrées d’eau à l’entrée du roulement, des deux côtés.Le problème vient plutôt de la roue de commande qui a été réalisée en alliage d’acier fritté. Je rappelle que le frittage consiste à mettre de la poudre métallique dans un moule puis de la chauffer légèrement en dessous de son point de fusion afin que les grains de métal s’agglomèrent entre eux, on obtient ainsi des pièces mécaniques bien moins chères qu’avec l’usinage ou la pression à froid. Moins chères mais aussi moins solides. Les pièces ainsi produites sont légèrement poreuses, donc parfaites lorsqu’il s’agit de douilles auto-lubrifiantes par exemple, elles gardent longtemps l’huile ou la graisse à leur surface (comme les douilles autour des pignons des anciens Mitchell par exemple) mais mécaniquement parlant elles sont plus fragiles et cassantes. Je ne sais pas quel alliage a été utilisé mais c’est ferreux, mon aimant a eu du mal à se décoller de la roue!! Donc je ne sais pas quelle tolérance aura cette roue à l’oxydation… Dommage car l’axe est en inox austénitique de première qualité, difficile à comprendre…On peut voir d’ailleurs que certaines dents de la couronne sont légèrement ébréchées:Disons qu’avec un petit moulinet comme le 6000 et son frein à 6/7 kg ça devrait tenir, mais avec des charges plus lourdes à 15kg je ne sais pas! Pour bien faire il faudrait une roue en acier usiné ou en alu forgé, ou même une roue en alliage de zinc moulée, finalement plus « souple » qu’une roue frittée. Là encore, il faudrait utiliser ce moulinet une année entière pour en avoir le cœur net, je ne fais que me fier à mon flair!!

Sinon l’ensemble est cohérent avec le pignon, peu de friction et l’engrenage secondaire en laiton est bien ajusté à l’axe. La petite tige en acier vient se loger dans le cliquet de l’anti-retour de secours.

Le pignon est correct, je m’attendais à le voir en acier comme sur les images qui circulent sur Ali mais en tout cas sur le 6000 c’est du laiton! Un roulement au cul, une fois de plus, aurait été le bienvenu…La roue d’oscillation m’a plu par son épaisseur et son ergot mini d’une douille supplémentaire, petit raffinement au quel je ne m’attendais pas. C’est vraiment robuste et ça évite bien des frottements!

La came est aussi très solide et bien moulée, portée par deux roulements comme sur les premiers Saltiga.

La poignée est affreuse mais on s’y fait au bout de quelques minutes, de toute façon on n’a pas le choix, elle ne se démonte pas! Boaff! Une boule en néoprène c’était si compliqué?

En condition réelle, le Hornet a quand même quelques défauts. On s’est aperçu avec Fiumara que c’était un piètre lanceur : beaucoup de problème de perruque, peut-être dus à une tresse trop grosse et à une bobine trop remplie, mais à mon avis c’est surtout à cause de son enroulement qui n’est pas au top. Par contre pour pêcher en verticale ou en dérive il est parfait. Fiumara l’a utilisé avec des jigs et des inchikus (jusqu’à 120g), sa puissance de treuillage et sa douceur sont appréciables. Pour pêcher aux vifs en dérive il convient aussi. C’est clairement un moulinet pour la pêche à soutenir, oubliez le surf!

En conclusion, le Hornet a beaucoup de qualité qu’on ne retrouve pas chez la plupart des moulins Chinois. Ils ont pris comme modèle le Saltiga Z en adaptant les matériaux comme ils ont pu, c’est à dire à moindre coût. Mais l’esprit y est, un vrai souci a été prêté à l’étanchéité et à la solidité, ce moulinet est bien supérieur mécaniquement au Haibo (Khaos!)  et au Noeby qui avait voyagé aux Andaman. Son prix est un peu élevé dans l’absolu pour un Chinois, je ne lui donne que 13/20 mais si vous le trouvez aux alentours de 70€ c’est une affaire. J’ai vu malheureusement que les prix avaient grimpés dernièrement, donc à 120 ou 130€ ça ne vaut pas le coup, vous aurez la même chose avec du Daiwa neuf. A vous de surveiller son cours!

Texte et photos : Jean-Paul Charles + Fiumara (merci du temps passé à tester la bête 😉 ! )

Publicités

4 réactions sur “le moulinet Ecooda Hornet 6000

  1. Bonjour, Je suis votre blog depuis pas mal de temps
    N’est-il pas selon vous préférable d’ajouter une 30 € de plus et choisir par exemple un BG 5000 ? Quel serait le plus solide des deux ?
    Opter pour un moulinet chinois peut s’avérer avantageux si la différence de prix reste assez importante, le principal soucis de ces
    moulinets chinois c’est l’inconnu concernant leur durabilité et la qualité des matériaux utilisés. L’expérience avec les Hart Costum probablement fabriqués dans les mêmes usines avec les mêmes alliages s’avère peu concluante avec le temps

    J'aime

    • Bonjour, Le BG est la réponse de Daiwa aux Chinois et c’est sûr qu’actuellement c’est ce qui se fait de mieux rapport qualité/prix. Mais je suis curieux de nature et les productions Chinoises m’intéressent justement quand elles sont d’un niveau de prix attractif… Et j’essaie aussi de démontrer que beaucoup de « marques » nous vendent des moulins Chinois rebadgés en multipliant leur prix par 3! Le Hornet est solide, il tiendra dans le temps, mais au-delà de 90€ mieux vaut prendre un BG, pas de doute là-dessus.

      J'aime

  2. Bonjour Polo. Je rejoins tout a fait sur cette horrible poignée, cela ajoute un « bling-bling » ridicule avec ce mélange de couleur douteux. Je l’ai adoré en vertical et en traine lente, une douceur exceptionnelle; malheureusement mes problèmes de santé mi-juillet ont coupé court à mes essais (bien dommage). Le moulinet a pris l’eau car bas sur l’eau, et je ne l’ai jamais rincé. Donc finalement il s’est bien comporté. Sa note est justifiée.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s