Le moulinet Proberos AE 6000, deuxième partie

On a vu que ce moulin avait un enroulement désastreux et un pick-up trop petit, mais ce n’est pas tout hélas! Après test et démontage, vous allez voir qu’il a été conçu de manière aberrante par un ingénieur qui ne doit pas souvent aller à la pêche…ou par un psychopathe. C’est certainement le plus mauvais moulinet que j’ai examiné et pourtant ils se sont donné du mal pour le fabriquer, il est assez complexe et parfaitement usiné et assemblé, c’est juste qu’il ne fonctionne pas! Comment peut-on en arriver là, c’est pour moi un mystère total…

 

 

Le AE 6000 est un modèle original, c’est le moins qu’on puisse dire. D’un poids de 445g, il est entièrement en aluminium et son bâti a été usiné avec soin. Les finitions sont excellentes, il n’a aucun défaut extérieur. Sa fluidité est correcte mais on sent tout de suite un léger bruit d’engrenage quand on mouline.Livré dans une petite boite en plastique souple, on irait jusqu’à dire qu’on est en plein luxe compte-tenu du packaging chinois en général…La bobine est de très belle facture avec un ajourage abondant, ça l’allège et lui donne un look singulier. D’un diamètre de 57mm elle est assez profonde et peut contenir jusqu’à 160m de 40/100. Les lèvres sont en V, on se dit que ça doit être au top pour les lancers! Portée par 2 roulements (un au sommet dans la pile de frein et un à la base), le cliquet bruiteur est malheureusement inaudible.Le frein est 2 parties. Sous le bouton on trouve une pile classique composée de 3 disques en feutres et à la base un gros disque en carbone.Le disque en carbone vient frotter sur un large disque métallique installé sur l’axe. C’est assez efficace mais pour bien faire il aurait fallu que l’ensemble soit étanche! Livré au sel et au sable, cette pièce vitale du moulinet est trop exposée pour espérer durer plus d’une saison. Ce type de frein doit être scellé obligatoirement. Néanmoins on atteint les 9,7kg de puissance, avec une bonne régularité. Pas mal donc, mais mal conçu.Le rotor est en alu usiné, très fin et très léger, mais solide. Du beau boulot. Sauf qu’ils ont du rajouter une horrible masselotte d’équilibrage, ce qui est assez surprenant pour un engin soit disant équilibré par ordinateur, comme il est marqué sur l’un des bras!Ce n’est pas la seule mention amusante inscrite sur ce moulinet, nous verrons les autres plus loin… A noter aussi que ce rotor est en 2 parties et que pas moins de 12 vis sont nécessaires à son assemblage, c’est beaucoup. A noter aussi que la petite vis qui sert logiquement à empêcher l’écrou de se desserrer ne sert à rien car elle ne touche pas ce dernier…

Le pick-up est particulièrement médiocre dans sa conception. Tout d’abord nous avons vu qu’il n’était pas assez large compte-tenu de la course importante de la bobine. Il vient régulièrement se bloquer quand elle est en position haute, c’est une erreur de conception flagrante.

.Les vis de fixation des bras sont en acier et en alu, ce qui fait souvent mauvais ménage. En plus elles avaient été collées à l’aide d’un joint-filet particulièrement résistant, ce qui fait que j’ai flingué les empreintes extérieure en alu (de l’autre côté  c’est de l’acier avec empreintes Allen).Le dispositif de déclenchement du pick-up est inopérant à cause d’un ressort trop faible et d’un système de butée mal foutu. Lorsque le ressort est armé, il pousse un tige qui vient elle-même pousser un loquet sensé permettre le rabat lorsque le rotor tourne, mais dans les faits ça ne fonctionne pas! C’est mauvais, il n’y a rien d’autre à dire. Si : malgré tout le pick-up se rabat régulièrement en phase de lancer, et adieu petit leurre…

Le galet est porté par 2 roulements, mais sa qualité semble douteuse, on dirait du laiton avec une mince couche de vernis…Le train d’engrenage est original lui aussi, avec une conception « Meccano » qui demande une certaine patience pour venir à bout de toutes ces vis! Le bâti est en effet en 3 parties vissées les unes sur les autres: la partie anti-retour, la partie engrenage et enfin le pied proprement dit.L’anti-retour est basique, et actionné par un levier externe qui promet de bonnes entrées d’eau… La mention « Sea fishing OK » sur le rotor n’est pas des plus appropriée… Ce n’est d’ailleurs pas le seul point faible, en gros ce moulin est une passoire!Le pignon est correct, porté par 2 roulements, mais sa cohésion avec la roue de commande est incertaine comme nous allons le voir.Pour accéder aux autres engrenage, il faut d’abord enlever le bloc anti-retour, puis le pied.La roue de commande et la roue d’oscillation sont fixées sur le bâti:

La roue de commande est en alliage de zinc basique, de piètre qualité. Le gros problème c’est que la manivelle qui vient se fixer dessus est de type hexagonal.Voici le système de fixation, il s’agit simplement d’une tige hexagonale vissée d’un côté de la roue et possédant un filetage à son extrémité pour y fixer la manivelle, ce qui peut faire croire vu de l’extérieur que c’est la roue de commande qui porte le filetage, ce qui n’est pas le cas. Et pour les gauchers une autre tige avec un pas inversé est fourni dans la boîte au cas où…Ce système a déjà été utilisé dans le passé, ça fonctionne à condition qu’il n’y ai pas de jeu mais ici le débattement latéral est de plus de 3mm! Donc même serrée à fond, la roue de commande se promène de droite à gauche et mord plus ou moins sur le pignon selon comment vous moulinez, ce qui explique ce bruit de grattage… Un désastre absolu!

La roue d’oscillation devrait être montée sur un roulement, mais ils ont préféré mettre une douille en laiton à la place, bof, au point où on en est ça n’a plus vraiment d’importance… Il aurait fallu mettre aussi un réducteur, cette roue va trop vite, c’est pour ça que l’enroulement est aussi si mauvais. Au passage je n’ai trouvé que 10 roulements sur ce moulinet alors qu’on en annonçait 14…La came est bien en S, je ne pense pas que le problème d’enroulement vienne d’elle. Correctement guidée par un gabarit bien pensé à l’intérieur du bâti, elle ferait le boulot correctement si la roue allait moins vite.Ce qui m’a le plus surpris c’est la qualité d’usinage du bâti. Comment peut-on usiner de telles pièces sans être capable de les faire fonctionner au final? Les ouvriers ont bien bossé, mais l’ingénieur est un âne!

La manivelle est très bien faite, la boule est particulièrement réussie et très légère, malheureusement je n’ai pas pu démonter l’axe qui est scellé, mais je pense qu’il y a au moins 2 roulements à l’intérieur.

Le test en condition réelle n’a pas duré très longtemps. Au bout d’1h j’ai plié. Alors je résume : 3 perruques, 30m de tresse foutus, 2 leurres satellisés par rabat de pick-up et, une fois sur 4 environ, impossible de refermer le pick-up lorsque la bobine est en position haute. Et ça gratte douloureusement. Ce moulinet est vraiment le seul que j’ai testé qui soit inutilisable au bord de l’eau!

                                                                               Adios proberos!!!

Que dire de plus? C’est bien fait pour moi, j’aurai du être plus soupçonneux quand je l’ai vu et ne pas me fier aux photos alléchantes! Ce moulinet est d’une rare fumisterie. J’ai compté pas moins de 35 vis en tout, un record! Le type qui a pondu ce modèle devrait savoir que plus une mécanique est simple, plus elle est solide. Pour le reste à peu près rien ne fonctionne mais c’est vrai qu’il est joli. C’est même le plus joli presse-papier que je n’ai jamais eu! Bah! On ne peut pas gagner à tous les coups avec les Chinois…Dommage car pour une fois il y avait une certaine originalité et une certaine recherche, mais c’est pas leur truc la créativité, il vaut mieux qu’ils se contentent de copier! Allez, un petit 2/20 pour la qualité d’usinage.

Le mois prochain fini les presses-papiers! J’envoie du lourd avec un petit comparatif entre le nouveau Twinpower XD et le Vanquish FA, ceux-là au moins on est sûr qu’ils fonctionnent, enfin on l’espère…

Texte et photos : Jean-Paul Charles

Publicités

10 réactions sur “Le moulinet Proberos AE 6000, deuxième partie

  1. Eh ben!
    De beaux morceaux d’alu comme ça pour un résultat pareil c’est gâché… ils auraient dur le faire en plastique directement. y’a sans doute moyen de le transformer en décapsuleur.
    j’adore la mention « sea fishing ok », le ridicule ne tue pas.

    J'aime

  2. Merci Polo. Alors ce moulinet a prix « cher »; néanmoins j’ai de la peine pour les ouvriers qui l’ont usiné. Faire un si joli travail pour un résultat final aussi nul; ils doivent avoir les boules.

    J'aime

      • Ils ont quand même reçu un salaire de 220€ net!
        C’est bien dommage car il a vraiment de la gueule ce moulin. Rien que le travail du corps sur fraiseuse est déjà considérable, ils ont peu-être plus eu les moyens ensuite de faire aussi bien à l’intérieur en bricolant avec des pièces OEM déjà existantes…
        Merci Polo de ta prévention et tan-pis pour ceux qui comptent en vendre des milliers.

        J'aime

  3. Pingback: Rebranding… Du grand HART! |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s