Le moulinet VAN STAAL VR 125

 

063Cela fait deux mois que je teste, démonte et remonte ce moulinet dont je vous avais parlé fin mai. Je crois qu’il est temps de faire un petit bilan (plutôt mitigé) sur cet engin atypique qui marie mécanisme ancien et innovations récentes. Car les deux se côtoient chez Van Staal ce qui fait de ce moulinet un étrange hybride… Pourquoi pas ? Peerless Bam aurait pu suivre la même voie après tout et j’aurais applaudi des deux mains mais ici c’est tout de même un peu différent et pas très franc du collier pour tout dire… Avouons-le j’ai été assez déçu par certains aspects de la bête, mais heureusement les bons côtés finissent par l’emporter, je suis un éternel optimiste !

 

 

012Pour commencer un peu d’histoire pour y voir plus clair car ce moulinet n’est pas une nouveauté. Pour ceux qui ne connaissent pas la marque américaine Van Staal, sachez qu’elle a été fondée par l’ingénieur Robert Koelewyn au début des années 90. L’idée était de fabriquer des moulinets ultra solides et 100% étanches destinés au surf casting. Il faut dire que la notion que se font les Américains du surf casting n’a rien à voir avec ce qui se pratique sur nos côtes où on se contente d’une pêche d’attente, à l’appât. Le vrai surf casting se pratique sur les plages et les côtes rocheuses des États-Unis en entrant dans la vague (parfois jusqu’au cou !) pour lancer des gros leurres le plus loin possible afin de capturer le mythique striped bass, équivalent de notre bar européen. Les moulinets sont régulièrement submergés, ils doivent tenir le coup contre la corrosion, le sable, les chocs contre les rochers, etc.

Les premiers Van Staal n’étaient somme toute qu’une version renforcée des Mitchell ou des Peerless Bam : engrenage conique massif et oscillation directe. L’effort était surtout porté sur l’étanchéité et la solidité des matériaux (Van Staal veut dire « de l’acier » en Néerlandais, pays d’origine de Rob Koelewyn). Rien n’a vraiment évolué ensuite pendant des années jusqu’au jour où le brillant ingénieur décida de quitter Van Staal pour créer la marque Zeebaas. Sur le modèle ci-dessous on peut déjà noter des airs de famille avec le VR.zeebaas

Les Zeebaas sont de très bon moulinets, mais très chers car fabriqués entièrement aux États-Unis. Ils ont leur inconditionnels là-bas où acheter du made in USA est faire preuve de patriotisme.

Puis Rob décida de fonder une autre société, RK-Sport, qui eut une existence éphémère. Le seul modèle de moulinet sorti sous cette marque est le Subaqua, qui est le frère jumeau du VR, comme vous pourrez le lire ici sur les photos comparatives effectuées par un membre du forum Stripersonline.Subaqua

Encore plus récemment, la marque 3-Tand lançait aussi sous brevet RK le Submariner, qui n’eut lui non-plus qu’une très brève existence, je ne sais même pas s’il a été vraiment commercialisé…3-tand

Ce qui n’empêcha pas entretemps Rob Koelewyn de proposer son brevet (légèrement modifié) à la marque Russe Blue Marlin qui est basée en Chine (vous voyez comme c’est simple…) et qui propose aussi d’excellent moulinets hors de prix qui ressemblent comme deux gouttes d’eau au VR et aux Zeebaas!blue marlin

Pour finir, Rob Koelewyn est revenu dans le giron de Van Staal en 2015 et nous a ressorti ses inventions précédentes, en l’occurrence le van Staal VR, la boucle est bouclée, ouf ! Au passage, j’ai appris dernièrement que Zeebaas s’était fait racheter par 3-Tand, on verra ce que ça donnera…

Bref, tout ce long préambule pour vous démontrer que le VR n’est en rien une nouveauté mais le dernier avatar d’un modèle qui a fait long feu. En fait, c’est un Zeebaas simplifié, comme nous le verrons plus loin.

 

Le Van Staal VR est décliné en 4 tailles : 125, 150,175, 200. Le 125 est le plus petit et donc le plus léger avec ses 465g, c’est aussi le moins cher… Comme je l’ai dit et comme tous ceux qui l’on vu, il impressionne par sa sobriété et son aspect « machine indestructible ». La finition alu anodisé argent est parfaite, sans aucun défaut. Le bâti et le rotor ont été usinés dans la masse, gage de solidité. Perso je le trouve très beau, en tout cas il m’a tapé dans l’œil dès que je l’ai vu ! J’aime bien les Zeebaas aussi mais le prix n’est pas le même et c’est bien le prix nettement inférieur du VR face aux autres modèles de chez van Staal qui m’a décidé à l’acheter…044032021

Made in china, contrairement à ses grands frères…025

Livré dans une boîte en carton sans fioriture et un petit sac de transport, il n’y a malheureusement pas de notice ni d’éclaté à l’intérieur, il faut se rendre sur le site de Van Staal pour glaner quelques (maigres) informations techniques, c’est un peu décevant…003 (2)005

 

La bobine du VR est en aluminium ajourée, ce qui permet de gagner un peu de poids et surtout de permettre au fil de sécher plus vite entre deux partie de pêche, rien que de très classique. D’un diamètre de 53mm, elle contient environ 400m de tresse 19/100 (15kg), ce qui semble raisonnable mais c’est en fait insuffisant, je vous expliquerai ça dans la partie frein.002006004

La lèvre est classique, mais ses performances de lancer sont dans la bonne moyenne. On aperçoit au sommet et à la base deux joints noirs. Ce sont des joints « oil seals » de type « squad », de section en croix ou en U, ils sont très solides et font très bien leur boulot.

Mais où est passé le cliquet bruiteur ? Pour le trouver il faut dévisser la molette à la base de la bobine qui permet d’accéder au frein. Cette molette est donc équipée d’un premier joint d’étanchéité.008 (2)

On aperçoit ensuite un collier cranté blanc, c’est lui le cliquet ! En retirant l’embase noire on voit en effet qu’elle porte 2 petits ergots montés sur ressort qui frottent sur le collier pour donner un son assez discret. Faites attention si vous les démontez, ils ont tendances à partir comme des fusées sur les côtés !012 (2)020

Quand on tourne la bobine à la main le son est assez faible mais je me suis aperçu qu’en condition de pêche le son est nettement plus fort, sans doute amplifié par le talon de la canne. J’ai tenu un joli bec (qui s’est décroché hélas à mes pieds) qui a réussi à faire chanter le frein. Ce collier est équipé d’un joint torique, au cas où…

Cette embase possède 2 roulements, parfait pour vaincre l’inertie du frein.

La pile de frein elle-même est composée de 5 disques en carbone et de 6 disques en acier. Les disques en acier ont des ergots externes et internes, ceux du haut vont se loger dans la gorge de la bobine et ceux du bas dans celle de l’embase, comme cela rien ne tourne et les frictions sont maximales.032 (2)

Au sommet de la bobine se trouve un 6em disque en carbone et un septième disque en acier, ainsi que le disque sur lequel vient porter le bouton de frein. Un nouveau joint vient assurer l’étanchéité de l’ensemble.

La puissance de ce frein est extraordinaire. Je n’ai jamais vu ça. J’ai atteint jusqu’à 19,5kg de puissance maximum, soit tout à fait conforme au 40Lbs annoncées. La progressivité est bonne, et même au-delà de 15kg de freinage il n’y a quasiment pas d’à-coups. C’est sûrement le meilleur frein que j’ai pu observer sur un moulinet de cette taille. Et encore, c’est du brut de moulinet… Si vous ajoutez les frottements du fil sur les anneaux et l’élasticité de 100m de ligne sortie, vous dépassez allègrement les 20kg, bouton serré à fond. C’est assez bluffant. Je vous conseille quand même de graisser légèrement les disques avec une graisse au graphite, vous aurez à peine moins de puissance mais un dévidement plus fluide. 100% étanche, c’est une réussite totale et certainement la meilleure partie de ce moulinet, chapeau bas!

De telles frictions engendrent naturellement beaucoup de chaleur, mais celle-ci est en partie évacuée vers l’extérieur par le bouton de frein qui est entièrement en aluminium, la conductivité du métal étant indispensable pour une telle puissance de freinage. Lorsque j’ai effectué mes tests au peson, au bout de seulement quelques longues traction à 19kg la chaleur était nettement perceptible, autour de 40° environ, je vous laisse deviner ce que peut donner un combat d’une demi-heure !

Je n’ai pas pu démonter le bouton car il faut une clé spéciale que je n’ai pas, mais le ressort est sûrement d’excellente qualité.039044 (2)

Le joint épouse parfaitement le moyeu du bouton et lorsque celui-ci est serré l’étanchéité est totale.055

Tous le VR (selon le fabricant) possèdent la même puissance de freinage quel que soit leur taille. C’est étonnant mais c’est comme ça. Ce petit modèle de 465g a donc un frein totalement disproportionné avec la contenance de sa bobine, on ne pourra pas l’utiliser en exo par exemple, rien ne sert d’avoir 20kg de frein si on n’a pas au moins 300m de tresse en 60lbs ! Mais pour le silure sous nos latitudes le 125 est parfait, à condition d’avoir une canne digne de lui. Au-dessus, (pélagiques, thons) passez au 175 ou au 200, ils seront plus en cohérence grâce à leur grandes bobines avec ce frein dantesque !

Le rotor se démonte ensuite à l’aide d’une clé spéciale fournie avec le moulinet. Cette clé est en composite, pour ne pas abimer le métal. Une extrémité sert à démonter le rotor et l’autre les flasques latéraux. A vrai dire, au bout de plusieurs utilisations elle finit par s’user rapidement et la prise devient de plus en plus difficile, surtout pour le rotor. Un système plus classique aurait été préférable, mais l’accent a été mis sur la facilité du démontage et de l’entretien, ce qui s’avèrera en partie faux comme nous allons le voir…063067

Une fois la bague de maintien enlevée (attention, c’est un pas à gauche), le rotor vient facilement, on aperçoit ensuite le bloc pignon démontable.068

Ce rotor est très costaud, indéformable et bien équilibré, mais il a fallu pour cela rajouter une masselotte en-dessous, étrange… Que fout là cette masselotte? C’est sans doute pour compenser l’absence du pick-up lorsqu’on installe le kit « ramassage au doigt », mais pas sûr…071

Le pick-up est manuel. Comme je l’ai dit, un kit de transformation en pick-up « ramassage au doigt » est fourni dans la boîte, nous l’examinerons ensuite.

L’arceau est en alu creux, d’une section de 4mm, on l’imagine mal se tordre !

Le galet en titane est monté sur un roulement, qui possède lui-même 2 joints d’étanchéité. 2 autres joints se situent au niveau du bras au niveau de la vis de maintien. Difficile de faire mieux… je précise que ça ne gêne absolument pas la rotation du galet.029

Curieusement, ce pick-up à fermeture manuelle a deux ressorts à compression mais ceux-ci ne sont pas protégés, on les aperçoit d’ailleurs nettement de l’extérieur (flèche rouge). Ils sont donc exposés aux embruns et au reste, c’est la seule partie non étanche de ce moulinet… A surveiller!033032 (3)

Le VR est livré avec un kit de ramassage au doigt dont l’utilité est discutable et la mise en place laborieuse. C’est expliqué dans cette vidéo. Concrètement, il faut d’abord démonter l’arceau, retirer les ressorts à compression, récupérer le disque en téflon et le galet qu’on enfile sur le nouveau support.  On rajoute  une petite vis sur le bras qui l’empêche ainsi de basculer, puis on met  une petite cale du côté de la vis de serrage, ça prend 10 minutes environ. Le résultat est moyen, il y a un léger jeu de bascule du bras avant/arrière… Moins d1mm mais perceptible. Bref, je vous conseille de laisser le pick-up, surtout que pour remonter ce dernier en remettant les ressorts à compression vous allez passer 20 minutes supplémentaires !

Le fameux kit:018

016

Le kit une fois installé en remplacement du pick-up:

001

006 (2)

 

Le bloc pignon est lui aussi démontable, il suffit de le dévisser à la main, apparemment rien de plus simple… Méfiez-vous de la simplicité!066 Le remontage l’est en effet beaucoup moins, voici pourquoi : En regardant bien on voit qu’il y a deux petite saillies à la base, côté pignon. Ces deux saillies correspondent à deux encoches dans la gorge et si les deux ne sont pas parfaitement alignées, le pignon ne descendra pas assez profondément et sa cohésion avec la roue de commande sera imparfaite.069072 Dans les photos ci-dessous on voit la bonne position et la mauvaise, avec l’espace du pignon (flèche rouge).076 - Copie084

Il faut y veiller au remontage!  Un petit « clic » se fait entendre quand le système est bien aligné. C’est à peine mentionné dans la vidéo officielle, mais si vous n’effectuez pas l’opération correctement vous allez avoir des ennuis, c’est ce qui m’est arrivé lors des premiers tests de frein que j’ai effectué : Comme le pignon n’était pas assez descendu (j’avais démonté le bloc plusieurs fois pour voir comment il fonctionnait sans faire attention à son repositionnement correct), vers 6 ou 7 kg de traction j’ai entendu « CRRRRAAAK ! », c’était la roue de commande qui avait « déraillé », heureusement sans dégâts car elle est en acier très dur, comme le pignon…

Je n’étais d’ailleurs pas au bout de mes peines. Une fois le bloc pignon bien repositionné, j’ai continué les tests de traction et, arrivé vers 10kg environ, je vois soudain la manivelle faire du rétro pédalage ! Elle tournait à l’envers, cela signifiait que l’anti-retour avait lâché ! C’était bien la première fois que ça m’arrivait, j’avoue avoir été stupéfait de cette faiblesse sur un moulinet flambant neuf qui se veut haut de gamme ! Pour savoir ce qui s’était passé exactement, il a fallu démonter le bloc pignon, et ce ne fut pas une mince affaire… Le petit trou sur le pignon sert logiquement à introduire une tige en acier, il suffit ensuite de tourner en maintenant le bloc par le haut pour dévisser le pignon. Sauf que j’ai eu beau faire, impossible de le faire bouger d’un millimètre… Je ne voyais pas comment faire, j’étais désespéré! J’ai donc refilé le bébé à Jérôme « Tavaneuse » qui s’y connait mieux que moi en mécanique et qui est mieux outillé à son boulot. Il a réfléchi un moment et a conclu qu’il fallait d’abord fabriquer une « clé » pour maintenir fixe les deux ergots qui servent à bloquer le rotor. Ce n’était pas compliqué à faire pour un pro comme lui mais cette pièce était indispensable pour ne pas abimer le reste, j’en aurais été incapable. Une fois mise à l’étau, il a suffit de poser le bloc dessus, pignon en haut, et de desserrer le pignon en introduisant une tige assez courte en s’aidant d’une pince multiprise.

La « clé » de Jérôme:103108 Heureusement que Jérôme se doutait qu’il s’agissait d’un pas à gauche, sinon rien ne serait venu bien sûr ! Et donc, en forçant comme un malade, il a réussi à dévisser ce putain de pignon ! Je le dis tout net : les types qui ont effectué le serrage sont des brutes ou alors ils utilisaient une machine mal réglée, une telle force (plus de 30kg de serrage!!) ne sert à rien mécaniquement parlant, surtout que le pas est inversé…  Tous ceux qui ont démonté ce pignon se sont fait la même réflexion, vous pouvez lire le fil du post sur le VR chez Stripersonline, c’est édifiant !033 (2)

Une fois cette saloperie de pignon dévissé, le reste est venu facilement et Jérôme a constaté alors que l’anti-retour était littéralement beurré de graisse jusqu’à ras-bord… ce qui explique qu’il ait lâché passé une certaine pression. Si les fabricants vous mettent en garde de ne jamais mettre de graisse sur les rouleaux de l’anti-retour, c’est pour cette bonne raison : si vous en mettez trop, ils patinent ! Donc Jérôme l’a nettoyé au white spirit avant de me le rendre, je n’ai malheureusement pas pu faire de photos mais je le crois sur parole, d’autant plus qu’une fois nettoyé et légèrement huilé, j’ai enfin atteint la puissance maximale de freinage à 19,5kg, proche des 40lbs annoncées. Ouf !

Sinon ce bloc pignon est solide, équipé de deux roulements (dont un ouvert en bas, on se demande pourquoi) mais l’anti-retour en lui-même est assez basique, avec de simples ressorts plastiques, de bien moindre qualité que ceux qui équipent les Van Staal habituellement. Il doit coûter 10€ à tout casser… Il tient pour l’instant la charge de 19,5kg, mais comme il n’y a pas d’anti-retour de secours vous allez être dans l’embarras s’il vient à lâcher…113115

Bien entendu tout ce qui précède amène de légitimes interrogations sur le sérieux de la conception et de l’assemblage des pièces… Faire un bloc pignon facilement amovible était une idée séduisante à condition qu’on puisse aussi le démonter à son tour facilement. Ou alors il fallait fournir une clé pour démonter le pignon. Quant au graissage abondant de l’anti-retour je ne me l’explique pas, c’est tout simplement aberrant. Le VR est fabriqué en Chine, peut-être n’a-t-on pas vérifié suffisamment ce qui se passait sur la chaine de montage, difficile de savoir, mais c’est un défaut majeur et inexcusable de la part de Van Staal.

Je reviens sur le pignon, on s’aperçoit qu’il est conique et de forme hélicoïdale, ce qui permet d’atténuer les vibrations, surtout avec un engrenage conique. Il est en acier très dur et magnifiquement usiné. L’intérieur est chemisé d’un revêtement plastique sophistiqué  (téflon + quelque chose d’autre) pour limiter les frottements avec l’axe.

Ce type de pignon n’est pourtant pas nouveau, on le trouve déjà sur ce vieux Mitchell 906 qui date de 1975 et dont je vous reparlerai bientôt. La comparaison des deux est intéressante, même s’ils ont une inclinaison inverse:

059063 (2)

Mitchell ci-dessus, Van Staal à droite

 

 

Pareil pour la roue de commande, très similaire pour la taille et l’orientation en spirale des dents:037 Van Staal n’a pas inventé le fil à couper le beurre, Rob Koelewyn n’a fait que reprendre et détourner des vieux brevets européens à son profit, on repassera pour le « génie » de l’inventivité! C’est franchement pitoyable sur le fond, surtout d’affirmer que cet engrenage est le fruit d’un long travail de conception, mais passons… La différence se situe dans la qualité des matériaux utilisés et la précision de l’usinage et de l’ajustage. Cette très belle roue de commande en acier usiné est bien évidemment supérieure en qualité à celle du Mitchell. Elle ne compte pas moins de 82 dents ! Son poids est de 42 g et son diamètre de 45mm, son axe mesure 8mm de diamètre, c’est du solide ! La cohésion avec le pignon, malgré la finesse des dents, est très bonne, à condition bien sûr que le pignon soit bien enfoncé à fond… C’est un engrenage conique beaucoup plus puissant et efficient que tous les autres, la force réelle que vous exercez dessus est bien supérieure aux engrenages hypoïdes actuels, il restitue l’intégralité de l’énergie que vous mettez dans vos tours de manivelle, c’est du brutal!041047

La roue est portée par deux roulements et possède un joint squad à son extrémité plus un joint torique sur l’axe, logiquement aucune goutte ne doit passer.050

Le doigt de la roue possède un cerclage en acier qui fait office de roulement, les frictions avec la came sont grandement atténuées.095

Le train d’engrenage du VR reprend dans les grandes lignes celui des Zeebaas. La trouvaille a été de remplacer la came droite des anciens Van Staal par une came en S, voilà l’astuce.073

Sur les anciens modèles à oscillation directe, la course de la bobine était régulière, elle montait et descendait à la même vitesse, comme sur le Peerless Bam que j’ai examiné par exemple, ou comme sur de nombreux autres moulinets fabriqués avant 1980, seuls les Mitchell équipé du système Planamatic pouvant se vanter d’être des précurseurs en la matière, j’en parlerai bientôt sur l’article que je vais consacrer au 906. Les Van Staal n’ont jamais brillé pour la qualité de leur enroulement à cause de cela. Avec une came en S tout change : La course de la bobine est modifiée de façon à ce qu’elle monte plus vite que ce qu’elle descend, on obtient alors un enroulement croisé plus régulier et plus serré, davantage compatible avec l’utilisation des tresses modernes. L’enroulement du VR est excellent, comparable aux meilleures marques Nippones. On se demande comment ils n’y ont pas pensé plus tôt…076Vu de l’autre côté avec la roue de commande:096

A noter que l’on peut modifier la disposition de l’enroulement en rajoutant ou en enlevant une rondelle en acier au bout de l’axe, j’ai essayé ça marche. Attention, c’est un bricolage personnel, mais c’est la seule façon que j’ai trouvée… Pour avoir un enroulement légèrement conique inversé, retirez la rondelle, ça ne modifie pas la solidité de l’ensemble, je pense que cette rondelle a été ajoutée justement pour obtenir l’enroulement souhaité, c’est à dire droit. Si on met deux rondelles, on obtient un enroulement conique simple.127137

Enroulement droit avec la configuration d’origine:001 (2)Enroulement conique inversé en retirant la rondelle:008

La came en acier est fixée à deux roulettes en nylon qui reposent sur le fond du carter. Ce coulissement évite donc les frictions de l’habituel sabot que l’on trouve sur les modèles précédents (relisez les revues d’Alan sur le sujet !).039 (2)132037 (2)124

Malgré tout j’estime que ce système manque de rigidité, il aurait fallu pour bien faire que les roulettes suivent un rail pour éviter les torsions latérales. En effet lorsque vous travaillez un poisson avec plus de 10kg de frein, les forces de cisaillement exercées sur l’axe se répercutent directement sur la came et le reste des engrenages. Il faut donc que celle-ci soit solidement chevillée au bâti, ce qui n’est pas le cas ici. D’après ce que j’ai pu voir, les Zeebaas sont mieux pensés, avec de vrais roulements à la place des roulettes et une petite gorge pour les guider. Ci-dessous une photo piquée sur le net qui montre la différence: La gorge est indiquée par les flèches rouges. Dans cette disposition, la came ne bouge plus d’un pouce!zeebaas 2  L’autre solution serait de maintenir l’axe par un renfort supplémentaire à l’intérieur, le seul bloc pignon ne suffisant pas à mon avis pour maintenir correctement l’axe parfaitement aligné. Tous les moulinets à oscillation directe que j’ai examinés possédaient un « pont » supplémentaire pour maintenir l’axe, en général situé vers l’arrière. Avec presque 20kg de frein, ça ne me semble pas du luxe… Il ne faut pas oublier non plus que c’est la roue de commande qui entraîne directement la came et qu’elle exerce aussi une certaine force sur l’axe, surtout si vous « treuillez » en force avec la manivelle, ce qui n’est jamais à recommander, quel que soit le moulinet… L’usure prématurée de la came en nylon des Peerless Bam était due principalement à cela, les forces exercées sont souvent sous-estimées…

On voit d’ailleurs les frottements du bloc pignon sur l’axe : le revêtement en titane s’est estompé et l’acier réapparait en dessous. Je pense que cet axe malgré son diamètre important (6mm) aurait gagné à être en titane massif pour éviter tout problème de torsion. Van Staal l’a fait pour d’autres modèles, pourquoi pas pour celui-ci?134

Autre déception, ce moulinet n’est pas si monobloc qu’il n’y paraît. En effet la gorge qui reçoit le bloc pignon est une pièce rapportée fixée au bâti par 4 vis, c’est un point faible à mon avis, bien que le tout soit bien usiné et ajusté. Cette disposition est due à la fixation de la came qui se fait par l’arrière à l’aide d’un écrou, il faut donc démonter cette gorge pour pouvoir retirer la came. Si elle avait été fixée avec un boulon traversant l’axe, le carter aurait pu être entièrement monobloc.118

023121

J’ai essayé de voir si ce moulinet était réversible, puisqu’on peut en théorie placer la lumière (l’endroit où l’on voit le pignon) à droite, ainsi que la roue de commande et le flasque opposé. Effectivement ça marche, mais il faut mouliner à l’envers !! Pas très commode si on est gaucher…  Rassurez-vous, le VR sera distribué aussi en modèle spécial gaucher, Van Staal l’a promis !029 (2)

 

La manivelle pour finir est massive et pas franchement réussie esthétiquement au niveau de la poignée. Plus ennuyeux, on ne peut pas démonter cette poignée pour sortir et vérifier les roulements, là aussi il faut une clé spéciale. C’est d’autant plus dommageable que cette poignée est en partie creuse et qu’elle sera un vrai « ramasse-merde » au fil des sorties, surtout en mer. Sel et autres cochonneries vont s’y accumuler rapidement…057123

Comme elle se démonte quand même côté manivelle, on peut éventuellement la remplacer par un autre modèle de la marque, ou en faire fabriquer une sur mesure (hein Tavaneuse ?), mais dans l’absolu on ne devrait pas en arriver là alors qu’il aurait suffi d’une simple vis « normale » pour assurer l’entretien courant de ce moulinet. Très mauvais concept qui vous obligera un jour ou l’autre à passer par le service après-vente de Zebco… Et encore j’ai du bol pour mon moulinet, la vis n’est pas aveugle comme cela arrive parfois, je l’ai lu sur Stripersonline… Certains modèles (ça doit dépendre des séries) sont donc complètement indémontables si on n’est pas bricoleur. Tout ça est très moyen…125Suite à un choc assez violent pendant un transport, j’ai tout de même réussi à plier la manivelle, mais sans dommage pour la roue de commande heureusement! Je l’ai redressée ensuite tant bien que mal mais elle a perdu de sa superbe, honte à moi… mais pas si indestructible que ça cette manivelle finalement!

 

Les tests en conditions réelles ont été très satisfaisants, le VR est une bête de pêche à condition de ne pas lui demander de ramener des leurres à vitesse supersonique, son ratio de 4,8/1 et sa récupération de 83cm (mesuré) au tour de manivelle ne le lui permettent pas. Mais dès qu’il s’agit de pêcher avec des leurres ou des appâts volumineux, ou d’extirper des poissons en force de leur repaire, le VR est parfait. Il lance bien, son poids est encore supportable et son étanchéité sans faille. La fluidité est bonne mais bien sûr tous ces joints sur l’axe et la poignée l’entrave un peu, ceci-dit il n’est pas « dur » lorsqu’on mouline, c’est tout à fait confortable, j’insiste sur ce point car les modèles précédents laissaient parfois des ampoules aux doigts!. Je l’ai principalement utilisé au lancer avec de gros leurres, c’est le moulinet spinning idéal pour le Big Bait, ainsi qu’à la traîne où ses capacités de treuil ont fait merveille pour tracter des leurres imposants + la caméra Water Wolf + une plombée. Et il est vraiment 100% étanche, même en moulinant sous l’eau, j’ai essayé! Rien, pas une goutte d’eau.027 (2)

 

Très honnêtement, je n’avais absolument pas besoin d’un tel moulinet, je l’ai acheté par pure passion et pour voir ce qu’il avait vraiment dans le ventre. Le mythe Van Staal s’est malheureusement légèrement fissuré sous mes yeux, pour toutes les raisons que nous avons vues. Rob Koelewyn est un sacré filou ! A vouloir refourguer son Zeebaas partout il a fini par le « downgrader » sérieusement, bien que le niveau de finition du VR reste exceptionnel. Son prix (500 $) n’est par contre absolument pas justifié car il ne faut pas oublier qu’il est fabriqué en chine et que c’est surtout le renom de la marque qui pèse dans la balance. Je l’estimerais à un prix réel de 300€ maximum dans le commerce, et 250€ me sembleraient plus proche de la vérité. Il n’en reste pas moins que c’est un bon moulinet fait pour durer, mais il faudra, si vous en achetez un, vérifier obligatoirement l’anti-retour car il y a fort à parier qu’il sera plein de graisse ! Je lui mets donc à regret un 10/20 car j’ai eu trop de problèmes avec lui et je ne peux pas non plus déconseiller à mes lecteurs de l’acheter, malgré son prix abusif. ( Note du 03/06/2017: compte tenu que son prix est désormais sous la barre des 400€, je remonte sa note à 13/20 )C’est toujours la même chose : mélangez de l’eau chaude et de l’eau froide, vous obtiendrez de l’eau tiède ! Pour tout vous dire je l’aime bien malgré tout, il fait désormais partie de mes moulinets préférés pour sa puissance de freinage et sa récupération bestiale, je sais que je pourrais compter sur lui si je vais me frotter aux silures ou aux grands pélagiques de nos côtes, donc je vais le garder précieusement, mais à tout prendre un Spheros SW 6000 de même taille et de même poids vous rendra à peu près les mêmes services pour 3 fois moins cher… A vous de voir !135

Zebco Europe devrait normalement importer le VR en France l’année prochaine, il faudra voir à quel tarif. S’il passe sous la barre des 300€ j’estime que c’est un investissement valable si vous recherchez un moulinet sérieux pour affronter la mer.  Au-dessus ce sera du luxe, mais ça fait parfois du bien le luxe 😉 !

003

Texte et photos : Jean-Paul Charles + photos web

Un grand merci à Jérôme pour le coup de main et à Guy pour m’avoir prêté son Mitchell 906!

 

Publicités

50 réactions sur “Le moulinet VAN STAAL VR 125

  1. Quel article! On sait presque tout sur le VR avant sa sortie en Europe. Chapeau pour ce travail Polo.
    Après réflexion, je pense que le maximum a été fait lors de sa conception pour faire marcher le SAV au moindre « problème ». Le bloc pignon par exemple, a certainement été serré avec une clé à choc dédiée.(Pas de trace de frein filet et utilisation d’une pince multiprise de 80cm de long pour pouvoir désolidariser le bloc…). Pour la Knob, c’est simple, quand ça ne marche plus, ben… faut la changer = 60$ + Fdp + douane.
    En dépit de ces quelques points « noirs » ,(on voit toujours ce qu’il ne va pas), pour avoir eu la chance de l’essayer, c’est un très beau et bon moulin, un treuil comme je l’ai aiment! A 250€ neuf, j’achète direct!

    J'aime

  2. Salut,
    La photo qui présente la roue de commande et la came dans le bâti est magnifique ! C’est con à dire, mais je trouve ce moulin au moins aussi beau de l’intérieur que de l’extérieur. D’un côté (interne) il dit « précision et fabrication irréprochable » et de l’autre, il dit « design, solidité et fiabilité » ! Le genre de machine qu’on penserait sortie d’un atelier allemand.
    En tous cas, merci pour ton exposé impartial. Je connais pas mal de pêcheurs incapable de trouver le moindre défaut à leur matos, dès lors qu’il l’on payer une blinde. C’est même sur ça que comptent pas mal de marques prestigieuses pour vendre.
    Le problème de ce moulinet semble être le prix. Il est vrai qu’à un prix raisonnable, chino-compatible, ce moulin serait incontournable. Il présente beaucoup d’avantages : puissance, qualité de freinage (pas la puissance mais la régularité) et l’étanchéité qui permet d’être tranquille entre deux sessions en mer. Les moulinets qui ne présentent pas les défaut du VR, n’offrent pas ses qualités. Donc, quand il faut faire un choix par rapport à ses habitudes de pêche, ce moulin peut être un must.
    Merci encore pour cet article complet et passionnant.
    Kenavo !

    J'aime

    • Merci Laurent, je viens de rajouter une photo de l’intérieur d’un Zeebaas, on voit que c’est un peu meilleur au niveau de la came. Pour le reste c’est un moulin très solide et 100% étanche, ils ne sont pas si nombreux…

      J'aime

      • En effet, le Zeebaas est magnifyyyyque ! On passe du solide…à l’indestructible. Pour les moulins étanches, sans commune mesure avec ces rolls, je viens d’acheter un Spinfisher V 3500 qui mérite un bon point de ce côté-là. Et en kayak, c’est pas rien.

        J'aime

  3. Esthétiquement un moulinet à part, on aime ou on aime pas; moi j’adore. Dommage que « l’intérieur » n’atteint pas sa robe, hormis le frein. Je vais donc rester avec mon Sphéros 10000 (je vais voir pour le passer au Carbontex)

    J'aime

  4. Un bel article précis sur du beau matériel… qui ne tient pas toutes ses promesses, le matériel hein, pas l’article 😉
    Je suis fan de son allure mais ça reste au dessus de mes moyens…
    A surveiller quand même. Merci !!

    J'aime

  5. Pour Jean paul Charles,
    Je pêche en Afrique au Bénin. Je possède 9 moulinets Van Staal. dont 6 VS 300 , 1 VSB 200 , Et 2 VSB 150, il n’y a pas de doute sur la qualité de ce moulinet.
    Mais, J’ai démonté deux VS 300 pour entretien et je n’ai plus d’anti retour sur les deux , il tourne dans les deux sens. Merci de me dire comment faire pour remettre l’anti retour sur ce moulinet . Merci d’avance

    J'aime

    • Bonjour,
      D’après ce que je comprends vous avez la première version du VS, c’est à dire sans pick-up. Sur ce modèle, l’anti-retour est de conception ancienne et est situé sous le roue de commande d’après ce qu’en dit Alan Hawk au sujet du VSB (avec pick-up): It’s important to note here that for the bailed version of the reel, Van Staal made a dramatic change to the anti-reverse. In the bailless version there is a small anti-reverse clutch that works on the shaft of the drive gear, and there is no anti-reverse on the pinion. In that older setup when a fish pulls the line, the pinion is free to spin back and is only stopped by the teeth of the drive gear because the drive gear is the one that has the clutch. Putting that sort of stress on the teeth of both gears isn’t mechanically sound no matter how good the gear is, and it also leaves an annoying amount of play in the rotor because nothing brakes the pinion. An anti-reverse that works on the drive gear is an obsolete design that makers began to make away with around mid-1970s. Bass and most beach fishes won’t harm that older design of the bailless VS, but big pelagic fish definitely would. This is not theoretical talk. I receive a large number of emails daily with questions and feedback, and over the past year I heard from 4 different people who used the bailless VS for heavy jigging and had all sorts of issues with them. One of those reels was sent to me and I was appalled by the deformation of the drive gear teeth and the small clutch on the handle. For the bailed boat VS though they wisely got rid of that drive gear clutch and opted for this larger clutch that works on the pinion. Besides strength and eliminating stress on the gears, changing the location of the anti-reverse clutch makes the bailed VS much easier to service now you don’t have to worry about a lock down if the drive gear wasn’t correctly aligned with the traverse guide as is the case with the bailless version.
      Maintenant il me faudrait des photos pour vous dire quoi faire, je n’ai pas trouvé d’images de l’intérieur du VS, contactez-moi dans l’onglet « contact » 😉 !

      J'aime

  6. Merci beaucoup pour cet article ! Je cherchais une info importante et grâce a vous je l’ai ! C’était pour savoir si moulinet était changeable en manivelle a droite ! Très déçu que ce ne soit pas faisable ….

    J'aime

      • Merci pour votre réponse et le boulot que vous faites ! Alan Hawk Francais =D !!!
        Je souhaiterai l’acheter mais je ne l’ai pas trouvé , même sur ebay Etats unis !

        J'aime

      • Attendez un peu avant d’acheter, pour le même prix le nouveau Shimano Twinpower XD est presque aussi bien et parfaitement réversible, j’en parlerai fin juillet… C’est complètement différent dans la conception mais ça peut rendre les mêmes services au bord de l’eau!

        J'aime

  7. Oui je vous crois a 100% mais j’ai eu tellement de Stella saltiga twin power etc… J’ai revendu du matériel et cette fois ci j’aimerai bien posséder un van staal . C’est une maladie ces moulinets mdrrrr!!!

    J'aime

      • C’est surtout pour une canne a Liche . je ne suis pas bourrin , et je ne dépasserai pas les 40lbs en tresse .
        J’ai envoyé un mail a Van staal pour avoir des infos concernant les produits pour gaucher , on verra bien.
        Je ne vais pas continuer a vous embêter plus longtemps avec mes conneries lol! En tout cas Merci a vous.

        J'aime

      • Vous ne me dérangez pas, ce blog est fait pour ça 😉 . Il faut écrire à Zebco Europe, en général ils vous répondent. Pour la liche le VR est parfait mais prenez au moins un 150 pour avoir une plus grande réserve de fil.

        J'aime

  8. Bonjour Jean-Paul,
    Tout d’abord un grand bravo et un grand merci pour ce site passionnant sur lequel je passe beaucoup de temps le soir avant de m’endormir. Même si je ne comprends pas toujours tout sur les détails techniques, tes articles et tes tests sont très intéressants.
    Je viens vers toi car j’ai besoin de conseils.
    Je possède un Shimano Spheros 6000SW, achat effectué en 2015 dans le but de pêcher uniquement le silure au fireball en float tube. Je pêche principalement la Garonne, rivière rapide et très capricieuse avec des fonds très accidentés et très changeants. Autant dire que même si je ne me sers jamais du système automatique pour refermer le pick up, il est soumis à rude épreuve car je l’ouvre et le referme manuellement quasiment en permanence pour m’adapter à la profondeur idéale de pêche (je pêche sans sondeur). Et qu’elle fût ma surprise à l’ouverture du carnassier quand j’ai voulu mettre une nouvelle tresse, j’ai constaté que le pick up ne se refermait plus en tournant la manivelle et qu’il y avait du jeu sur la hance une fois refermée, j’ai même la nette impression qu’elle est tordue…
    J’avoue l’avoir mis souvent à rude épreuve sur des poissons allant jusqu’à 80kg, qu’il aura fallu brider fortement par moment. Au passage, je trouve le frein tout juste limite pour mes conditions de pêche personnelle.
    Je suis donc à la recherche d’un nouveau moulin, et le casse tête s’impose. Peut être pourrais tu m’aider à me décider en fonction de mes critères ?
    Je résume, je cherche un moulinet pour pêcher le silure au fireball en Float tube, principalement sur la Garonne, le Tarn et l’Aveyron. Je recherche surtout de la durabilité (20 ans peut être), de la légèreté, avec un frein puissant.
    En durabilité j’ai cru comprendre le Shimano Stella SW5000XG était top. Le Saltiga15 4000 m’interesse beaucoup aussi.
    Sur Facebook, on m’a bcp conseillé la marque Van Staal et Penn aussi.
    Peux tu m’éclairer ?
    Merci de m’avoir lu !
    À bientôt
    Thomas

    J'aime

    • Bonjour, pour le choix de ton moulin c’est d’abord une question de budget: Dans l’ordre, Stella et Saltiga sont bien sûr au top, mais ce sont les plus chers… Le VR de cet article peut aussi tout à fait faire l’affaire car il est léger et puissant ainsi que complètement étanche et d’un meilleur rapport qualité/prix. Le Penn Slammer III en taille 4500 conviendra aussi. Tous ces moulinets sont très solides et en eau douce ils te feront 20 ans sans problème, mais peut-être que d’ici là d’autres modèles apparaîtront et que tu voudras en changer 🙂 !

      J'aime

      • Bonjour Jean Charles,
        Merci pour ta réponse !
        Disons que le budget peut aller jusqu’au Stella, bien évidemment le rapport qualité/prix m’intéresse aussi. Pour le Stella, l’angle à 90 degrés me freine un peu, surtout que je ne suis pas très bricoleur, a t’il une réelle incidence sur une pêche en verticale au silure. J’ai vu que le Stella Fj (2018) était sorti cette année. Penses tu que Stella SW5000 va être renouvelé bientôt lui aussi ?
        Bonne semaine
        Thomas

        J'aime

      • J’ai une dernière question s’il te plaît. Combien penses tu que je puisse mettre de tresse en 40/100 sur le Van Staal vr 125 ?

        J'aime

      • Le 125 a une capacité de 310m de 22/100, donc théoriquement tu dois pouvoir mettre 150m de tresse en 40/100. Ce diamètre me semble quand même un peu excessif pour le silure, surtout en float… Dis-toi bien qu’il excède la puissance du frein du VR… 30/100 me semble plus indiqué et tu mettras plus de tresse sur la bobine 😉 !

        J'aime

      • Je suis bien d’accord avec toi sur le fond. J’ai toujours pêché en 30/100 jusqu’à cette année. Mais j’ai décidé de me mettre également à la pêche au clonk, et donc de devoir tenir la tresse dans la main. On m’a fortement conseillé de monter en diamètre de tresse, et de mettre au minimum 40/100.
        Je t’avoue que je tâtonne un peu puisque ça sera ma première saison au clonk.
        Niveau contenance que penses tu du VR 150 ?
        Est ce qu’un compromis en 35/100 te semble judicieux ou resterais tu en 30/100 ?

        J'aime

      • Le 150 est peut-être préférable niveau contenance (le frein est identique: 18kg) bien que naturellement plus lourd. Pour le diamètre de la tresse c’est aussi une histoire de discrétion, plus c’est fin et plus tu auras de touches, mais pas de problème pour le 35/100, tu seras sûr de ne pas te faire casser en pleine eau. Prends une bonne tresse par contre…

        J'aime

      • Justement j’en teste une nouvelle, la Jet7line 16x Orange en 40/100. C’est la première fois que je pêche avec une tresse 16 brins, habituellement j’étais en 8 brins et 30/100. Mon choix s’est dirigé vers celle là pour avoir plus de résistance à l’abrasion lors de mes dérives proche des bordures très encombrées de la Garonne et du Tarn.
        Je vais certainement prendre une bobine de 30 ou 35/100npour garnir le Van Staal, 8x ou 16x je ne sais pas encore.
        Sinon que penses tu des cannes à fil intérieur pour clonker en float tube ?

        J'aime

      • je ne sais pas si c’est vital en float, en bateau par contre il paraît que c’est un plus, mais je ne pratique pas cette pêche, je ne peux rien te conseiller, vas voir sur les forums dédiés aux silures…

        J'aime

      • Je voudrais revenir sur les constats que tu as fait sur le vr 125. Notamment un sur lequel je reste un peu perplexe, je parle bien sûr du fameux kit de ramassage au doigt. C’est une option qui m’intéresse beaucoup, car cela m’éviterait beaucoup de manipulations. En effet sans pick up, je pourrais facilement changer de profondeur de pêche pour mes pêches en vertical.
        Par contre, je suis piètre bricoleur et la mise en place laborieuse me rebute un peu. Mais ce qui m’embête le plus, c’est le jeu de 1mm que tu as constaté. Est ce vraiment pénalisant et désagréable ?
        Bon dimanche
        Cordialement

        J'aime

      • Perso je te conseille de laisser le pick-up, maintenant si tu installes le kit avec un peu de patience tu y arriveras sûrement, même sans être un pro du bricolage! Le jeu est minime et ne remet pas en cause la solidité de l’ensemble, c’est juste que je suis sans doute un peu trop exigeant 😉 !

        J'aime

      • Bonjour Jean-Paul,
        Peux tu m’eclairer stp.
        Pourquoi est il utile d’enlever les ressorts et de rendre le pickup fixe ?
        Pourquoi enlever la pièce visser en dessous ? Merci !

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s