Le moulinet CRACK 300

 

007

 

On a tous entendu parler des moulinets Crack, popularisé entre autre dans les années 70 par Albert Drachkowitch qui ne jurait que par eux pour le mort manié. Parmi les différents modèles de la marque, le Crack 300 se distingue par sa taille peu commune, il s’agit en effet d’un moulinet destiné aux pêches fortes en mer. J’ai eu l’occasion d’en acquérir un récemment en excellent état et je me suis fait une joie de le démonter pour vous en faire admirer la mécanique robuste.

 

 


CraContactPubTLPn°60-5.67L’histoire des CRACK est un peu compliquée. Je remercie Jean-Noël Bohn, éminent spécialiste mondialement reconnu de la marque (il a écrit plusieurs ouvrages érudits sur les moulinets anciens) de m’avoir donné quelques explications à son sujet. les documents d’époque de cet article m’ont également été fournis par Jean-Noël, avec la complicité de Guy Nadales.

Pour résumer, la marque CRACK est née de la séparation en 1967 des établissements Pezon & Michel (qui distribuaient les Luxor) et de l’ingénieur Paul Mauborgne et de ses héritiers, qui décidèrent de lancer leur propre marque bien que les moulinets fussent quasiment identiques.

De 1967 à 1969, le Crack 300 (et les autres modèles) sera commercialisé en deux versions (une avec un pick-up à anse de panier et une à ramassage au doigt), destinées à la pêche au Surf-Casting par les Ets Mauborgne à Bernouville dans le département de l’Eure (27) et toujours fabriqué par les Ets Lemaignen, Lechevallier et Mercier – L.L.M. – 20, rue d’Arques à Saint-Nicolas d’Aliermont dans le département de la Seine-Maritime (76) comme l’ont d’ailleurs été tous les LUXOR depuis 1936.
Ceux-ci ont le couvercle marqué « – CRACK -« , « LICENCE P. MAUBORGNE », « BERNOUVILLE-EURE », « MADE IN FRANCE – BREVETE S.G.D.G. » mais sans type (300).
Ils sont anodisés noir-gris foncé avec une bobine de couleur noire avec des perforations sur le dessus.

De 1969 à 1976, les deux versions continueront d’être commercialisées par les Ets Lemaignen, Lechevallier et Mercier.
Celles-ci ont toujours le couvercle marqué « – CRACK -« , « LICENCE P. MAUBORGNE », « MADE IN FRANCE – BREVETE S.G.D.G. », mais le type « 300 » y figure et la mention « BERNOUVILLE-EURE » a disparu au profit d’une forme qui ressemble a une graine de haricot allongée sauf sur les tous premiers modèles « intermédiaires ».
Ils sont toujours anodisé noir-gris foncé avec une bobine de couleur noire, mais avec des inscriptions sur le dessus (- CRACK – , MADE IN FRANCE, SERRAGE et DESERRAGE) de couleur blanche. Et une bobine spéciale de forme conique, anodisée or, spécialement conçue pour les lancer longs et précis, mise au point par le Champion du Monde de lancer toutes catégories J.-C. LEFEBVRE.
Puis de 1976 à 1979 toujours commercialisés par L.L.M., ils changent de couleur pour une teinte vert olive métallisé, les marquages du couvercle restent les mêmes hormis pour certains modèles SURF qui peuvent avoir un S de gravé. La bobine n’est plus anodisée mais de couleur « alu » avec les marquages de couleur rouge. Il s’agit du modèle que nous allons examiner.

De 1979 à 1989, ils seront commercialisés par les Ets R. Lamarque S.A., Impasse Baudelot toujours à Arques-la-Bataille dans le département de la Seine-Maritime (76) sans changements si ce n’est que les marquages de la bobine ne sont plus en rouge, mais de couleur alu.

En 1978, le Contact (Crack 400) poursuit parallèlement une carrière solo chez VMC-Garbolino.
Enfin, les Crack seront commercialisés par la Société Ru-Mer jusqu’en 2010, date à laquelle la production est définitivement arrêtée. Voilà pour l’historique précis!Crack 300-1Un Crack 300 première version et sa boîte (photo Web)…

Le Crack 300 est donc l’ex-Luxor saumon/mer que j’avais examiné en 2013, mais avec une anse de panier au lieu d’un ramassage au doigt et une bobine plus large. L’intérêt de celui-ci est qu’il est en parfait état et qu’il présente quelques différences avec mon vieux Luxor.095 (2)
D’un poids de 805g, le Crack 300 est un bon gros moulin « full métal » qui respire la solidité ! Il s’agit de la quatrième version du 300, de couleur vert olive, les premières étant grises aluminités. Il date sans doute de la fin des années 70 et visiblement son propriétaire l’a bien entretenu (j’ai retiré au moins 40g de graisse du bâti !).084 (2)089080Vu son poids, il était surtout destiné au surf casting ou à la pêche à soutenir, canne posée sur support !

La bobine, le frein et l’axe
La bobine est en Duralinox, aluminium solide et très léger car contenant une certaine proportion de magnésium, souvent utilisé à l’époque pour le matériel de pêche, mais dont la résistance à la corrosion est médiocre, justement à cause du magnésium.123113 Heureusement cette bobine recevait un vernis protecteur. Lorsque le vernis disparaissait avec les frottements et le sel, l’oxydation venait vite comme on le voit ici:131 D’un diamètre de 83mm à la base, elle mesure 79mm au niveau de la lèvre. Elle peut engloutir sans problème 225m de nylon 50/100. L’ensemble bobine + bouton pèse 165g !
Une autre bobine en acier « spécial lancer » était proposée en option, comme on le voit dans la réclame ci-dessous :Crack300-Cat.1976
Une chenille en coton fait le tour de la base pour éviter que le fil passe sous la bobine. Un petit trou au-dessus de la lèvre servait à bloquer le nylon après une partie de pêche. C’est finalement plus pratique qu’un line clip.013
Le cliquet bruiteur sous la bobine est unidirectionnel, ce qui a toujours été le cas chez les Luxor : la bobine ne peut tourner que dans un sens. Très sonore, il pouvait sans peine couvrir le bruit des vagues ou du moteur du bateau.128
Le bouton de frein est impressionnant. Composé d’un écrou à oreille en alu et d’un gros ressort logé dans une pièce en acier inox, il peut exercer une force considérable sur le frein.109135
Malheureusement la pile de frein n’est pas à la hauteur… Un disque en feutre au sommet et un disque en caoutchouc dur à la base, cette bobine aurait pourtant pu en accepter beaucoup plus.144115 J’ai testé le frein à 6kg maximum, dommage, surtout que l’axe en inox de 7mm de diamètre aurait pu encaisser sans problème 15kg et plus. Il faut dire que les pêcheurs de l’époque ne se servaient pas vraiment du frein qui était verrouillé à fond la plupart du temps, ils comptaient d’avantage sur la résistance et l’élasticité des nylons de fort diamètre ainsi que sur la souplesse de leurs cannes…043

Le bol et le pick-up
Le mécanisme de déclenchement du pick-up se trouve au fond du bol, il est protégé des éclaboussures et du sable par un disque en aluminium, mais on ne peut pas parler de réelle étanchéité.093
Une fois retiré, on aperçoit le ressort du pick-up (flèche rouge) et le ressort du déclencheur (flèche verte). Ils sont en parfait état de marche et très puissants. Un système de blocage du pick-up empêche celui-ci de se rabattre lors des lancers, on ne peut d’ailleurs pas le déclencher manuellement (flèche bleue). 024

L’anse de panier lorsqu’elle se referme vient buter contre une saillie à l’extérieur du bol.020
Le bras est muni d’une petite tige en corde à piano qui sert à guider le nylon sur le galet. Dans la pratique, ce dispositif est relativement inefficace, il faut vérifier que le fil s’engage bien sur le galet, ce qui n’est pas toujours le cas. Cela servait aussi à pincer le fil pour les pêches au posé, comme il est dit dans la réclame.016
Le galet est en laiton chromé, il se démonte, mais comme toujours sur les anciens systèmes, la rotation est aléatoire…095100

Le train d’engrenage

009Le Crack 300 possède comme le Luxor saumon/mer un engrenage conique d’une taille et d’une robustesse peu commune, c’est la meilleure partie de ce moulinet.
La roue de commande est en bronze. D’un diamètre de 57,7mm et d’un poids 67g, elle est sertie sur un axe en acier. L’ergot de la coulisse est lui-aussi en acier. On voit que la roue a été badigeonnée de vernis pour éviter une éventuelle oxydation, celle du Luxor était plus pimpante.L026035 La roue de commande du Luxor saumon/mer :LUXOR-8360Les dents sont droites et larges. Comme je le disais dans mon article sur le Luxor, c’est sans doute une des plus grandes roue de commande jamais construite pour un moulinet, le concept « Hagane » paraît presque mesquin en comparaison !032
L’anti-retour se trouve sur le carter, il s’agit d’un classique système à crémaillère. Le bruit est caractéristique, une bien jolie musique !015014
Le pignon n’est pas en reste. Pour le démonter il faut d’abord retirer la coulisse qui est maintenue par un écrou de 7 sur l’axe. On retire l’axe, la coulisse, le bol, puis on enlève les 2 vis qui maintiennent le bloc roulement/pignon (emplacement flèche rouge). Un joint type « robinetterie » protège un peu les engrenages à cet endroit.072
Le pignon et son gros roulement à cage peuvent alors sortir.047051Ce roulement est grippé malgré sa taille. Ou à cause de sa taille, je ne sais pas. Comme il est ouvert et en inox ferritique, une oxydation a dû se produire au niveau des billes. Bien que je l’aie plongé dans un bain de solvant puis un bain d’huile, la fluidité d’origine n’est pas revenue. Il tourne, mais ça frotte pas mal. Je pense que 2 roulements plus petits et fermés aurait été préférables. Ceci-dit le concept est extrêmement solide et bien ajusté, même grippé cela ne gêne pas trop la rotation du bol.
La fixation du bol se fait à l’aide de 3 vis qui viennent se fixer sur le disque en laiton au sommet du roulement.053
La coulisse en acier est portée par 2 rails au fond du bâti et les frottements sont minimes. L’enroulement obtenu est conique, c’est logique, il épouse la forme de la bobine.088084007L’ensemble du dispositif :066
Le bâti en aluminium est sobre, épuré et très bien fini. Il a également été peint à l’intérieur pour une meilleure protection du métal.062

La manivelle repliable est d’origine, avec sa courbure caractéristique. Elle est en laiton chromé, ainsi que la vis de fixation de la poignée.149154Elle se visse bien sûr directement dans la roue de commande. Un système de molette de serrage permet de la serrer fortement pour éliminer tout jeu, y compris en arrière. Un port de maintenance pour la lubrification a été placé au niveau de l’axe.075004

Conclusion
Comme d’habitude je suis toujours admiratif de la solidité des moulinets d’antan et de la qualité des matériaux utilisés. Bien sûr le Crack 300 est dépassé technologiquement par rapport aux moulinets actuels mais il est encore capable de pêcher au bout de 40 ans, ce qui risque de ne pas être le cas des autres… Il ne reste plus de nos jours en France que les Établissements Peerless BAM qui fabriquent encore des moulinets aussi costauds, j’en parlerai un de ces jours…

L’aventure des Luxor et des Crack a pris fin mais ils continuent à faire parler d’eux dans le monde entier,  ils ont été copiés maintes fois (Les Van Staal et les Zeebaas s’en sont fortement inspirés) des passionnés de tous les pays les recherchent et les collectionnent, ce fut une belle « success story » à la Française !CraContactPubPPn°377-10.76

Ci-dessous l’éclaté original et la désignation des pièces. Comme on le voit, j’utilise parfois des termes différents (roue de commande pour couronne, poignée pour manette, coulisse pour chape, etc,) par soucis de compréhension, on n’est pas tous spécialistes en mécanique halieutique!Crack300-TarifPiècesDétachéesCrack 300 éclaté

Texte et Photos : Jean-Paul Charles

Merci à Jean-Noël Bohn et Guy Nadales pour leur aide précieuse et qu’ils pardonnent au Béotien que je suis mes éventuelles approximations!

Publicités

11 réactions sur “Le moulinet CRACK 300

  1. Encore un bien joli moulinet. Je suis admiratif devant leur usinage, vraiment un joli travail. Merci pour cette nouvelle découverte; vivement la prochaine

    J'aime

  2. Un vrai régal! Merci pour cette série d’articles vintage. J’aime beaucoup ce style avant bobine large, et comme toujours, un ou deux roulements et ça tourne grâce à un parfait ajustage des pièces.. il n’y a pas de mystère là dessus. Le bouton de frein est assez hallucinant, on dirait une molette de serrage de machine outil!

    J'aime

  3. Salut,
    Jean-Paul, en lisant ton article, je me pose une question : penses-tu que, sur le même principe de fonctionnement, quelques améliorations sur le poids, le frein, la bobine et une pincée de roulements pourraient faire un moulinet « moderne » ? Une sorte d’alternative simple et rustique à ce que l’on trouve aujourd’hui.

    J'aime

    • Salut Laurent, de telles alternatives existent comme par exemple les Van Staal ou les Zeebaas qui reprennent les mêmes principes mécaniques en les améliorant. Ci-dessous le dernier Zeebaas avec son énorme roue de commande et sa coulisse montée sur roulements:
      Upload images

      Le problème de ces moulinets est leur enroulement moyen, ils conviennent mieux à la pêche à soutenir qu’au lancer! Mais pour remonter un mérou de 25kg par 60m de fond ils sont parfaits!

      J'aime

  4. Bonsoir , je viens d’acheter deux cannes anciennes , Hopp et Carbolino , anneaux caussel , avec deux Crack 200 en très bel état , couleur marron / bronze et j’espérais trouver un article …. Ils pêcherons ce week-end en bord de mer !!! Je devrais me régaler , ligne fine , appâts vivants ! Lubrification : huile ou graisse ? le petit graisseur , très intelligent d’ailleurs , me fait un clin d’oeil …. Cordialement , jean-pierre .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s