Le moulinet MITCHELL Turbocast 6500

 

236

 

Un peu de nostalgie aujourd’hui avec ce bon vieux Turbocast. J’ai longtemps pêché avec ce moulinet, ce fut l’un de mes compagnons préférés pendant plusieurs années et l’un des derniers bons Mitchell made in France que j’ai acheté. Son mécanisme de grande qualité et son design innovant pour l’époque méritaient bien que je lui consacre un article.

 

 

 


Le Turbocast et la série des Nautil ont été les derniers fleurons de la marque après le Quartz. Ce qui suivit fut nettement moins bon. J’ai acheté ce moulinet en 1999 et je m’en suis servi intensivement pendant 3 ans au moins avant de casser bêtement la manivelle en le laissant tomber… Je l’avais payé 689 Francs, une petite fortune pour moi à l’époque. J’étais inconsolable! Mais mis à part cet accident qui signa la fin de sa carrière il ne m’a jamais déçu. Son enroulement parfait et sa solidité m’ont permis de mettre au sec bien des poissons, j’ai passé de grands moments avec lui ! Mais il avait fait son temps et je voulais voir d’autres horizons, je l’ai donc rapidement remplacé par le Shimano Twinpower FA dont j’ai déjà parlé. Avec le recul, rien ne dit que j’y ai gagné au change…224

D’un poids de 478g, le 6500 est un modèle mi-lourd. Il existe aussi la version 7500, encore plus lourde. Pour pêcher au lancer du bord, le 6500 était parfait. La principale caractéristique des Turbocast est leur rotor spécialement ajourée et équilibré, le reste du bâti étant plus classique.233228

La bobine, le frein et l’axe

D’un diamètre de 58mm, la bobine du Turbocast est en aluminium de qualité moyenne (il marque assez vite sur les chocs légers), le dessus étant granité. Recouvert d’un vernis assez fin, celui-ci avait tendance à disparaître par endroit, laissant ces parties exposées à l’oxydation, défaut fréquent chez Mitchell. Une double anodisation aurait été préférable, ou un vernis plus solide. Elle a une capacité de 300m de 30/100.122

114116
Le bouton de frein est très large, muni d’un gros ressort assez court mais répartissant bien la puissance sur les disques.

109157
La pile de frein se compose de 5 disques en feutre. La puissance de freinage atteint à peu près 7kg au maximum. Grâce au puissant ressort et au filetage assez long, la progressivité est excellente.146
L’axe en inox de qualité marine fait 5,6mm de diamètre. Pas de cales de réglage mais une rondelle de friction rouge.060

Le rotor
Large et massif, ce rotor en composite a été étudié pour diminuer au maximum les vibrations lors de la récupération. Ingénieusement ajouré, son centre de gravité est très bas ce qui permet effectivement d’éliminer le tangage.126131
Au verso, on aperçoit les crans de l’anti-retour sur lesquels vient se positionner le dispositif de crémaillère que nous verrons plus loin.134
Le ressort à compression du pick-up est bien proportionné, associé à un déclencheur en aluminium chromé de grande taille.195191
Le galet recouvert d’oxyde de titane (un des premiers à l’époque pour Mitchell) est porté par un roulement ouvert qui tourne encore parfaitement et je peux vous dire qu’il a dû effectuer plusieurs centaines de milliers de rotations !206211

L’anti-retour
Dans les années 90, Mitchell avait transféré le système de crémaillère à l’intérieur du rotor alors qu’avant il était dans le carter. Ici nous avons donc un anti-retour à 20 positions, assez espacé donc, ce qui est un peu le point faible du moulinet.186139145
En réponse aux premiers anti-retours infinis que l’on trouvait chez Daiwa et Shimano, Mitchell avait aussi inventé le concept d’anti-retour « instantané » sur le même principe, en démultipliant le nombre de crans du système à crémaillère et en y ajoutant un amortisseur. Le système avait été poussé au maximum sur le Quartz avec 96 crans (ci-dessous) !Quartz-7911
L’inconvénient de ce système est sa fragilité en cas de retour violent, en général les ressorts ou la pièce en plastique n’y résistaient pas…

Le train d’engrenage

182
La qualité des engrenages du Turbocast n’a rien à envier aux meilleurs moulinets actuels, c’est une mécanique brillante sur bien des points.
La roue de commande est très solide et la gravure des dents très profonde. Sertie sur un axe en acier inox, je n’ai pas réussi à déterminer si elle avait été moulée ou forgée à froid. Le type d’alliage utilisé reste lui-aussi mystérieux, ça ressemble plus à de l’acier qu’à de l’aluminium mais compte-tenu que c’était somme toute un moulinet moyen de gamme, je penche pour de l’aluminium. En tout cas malgré une utilisation intensive elle ne montre aucun signe d’usure. Montée sur deux roulements scellés qui tournent toujours parfaitement, la précision de l’ajustage n’a pas bougée.074082076
Le pignon en laiton est bien dessiné et profond, typique des Mitchell de cette époque. Sa cohésion avec la roue de commande est parfaite et silencieuse. Il est monté sur un roulement à la sortie du collier, l’autre extrémité repose dans une gorge du bâti, un roulement à cet endroit aurait été parfait…093On s’aperçoit aussi que l’extrémité du filetage est plus fine qu’à la base, là aussi pour une meilleure cohésion avec les dents de la roue de commande, du travail précis et bien exécuté…099102
La came d’oscillation est droite, elle est en aluminium chromé. On se demande bien pourquoi, chez la plupart des moulinets actuels la came est en alu brut ou en zinc… Petit luxe supplémentaire !066
Cette came vient se positionner sur la roue d’oscillation qui fonctionne sur le même principe que celle du Quartz, à savoir un système orbital complexe que je qualifierai d’épicyclique. Explication :
Sous la plaque en laiton chromée (du chrome là-aussi, c’est curieux) se trouve 3 engrenages complémentaires. Le premier au centre est fixe (flèche rouge). La roue d’oscillation (flèche verte) est entraînée par l’engrenage secondaire de la roue de commande et tourne autour de lui. Le troisième à la périphérie (flèche bleue) tourne avec la roue et sur lui-même, entraîné par l’engrenage central. Comme il est muni d’un ergot désaxé, celui-ci tourne de manière elliptique en même temps qu’il tourne avec de la roue d’oscillation, il décrit donc ce qu’on appelait en astronomie ancienne des épicycles.177 La came d’oscillation effectue donc un parcourt lent et complexe guidé par cet ergot, ce qui procure un enroulement croisé d’excellente facture. J’avais dit que sur le Quartz l’enroulement n’était pas parfait mais sur le Turbocast il est vraiment très bon, il n’y a rien à redire. C’est d’ailleurs cette oscillation croisée qui m’avait décidé à l’acheter, à cause de l’apparition des tresses. Il est probable que la taille plus grande de l’axe et de la bobine y soit pour quelque chose, en tout cas ce système fonctionne et fait presque aussi bien qu’une came en S ou un Wormshaft, mais il n’est pas simple et nécessite plus de pièces, ce qui mécaniquement n’est pas toujours une bonne chose. Saluons toutefois l’inventivité de son créateur ! Peu ou pas de frottements, la douceur et le silence sont au rendez-vous. A noter que sur la série Nautil, c’est un Wormshaft qui a été préféré, mais les bobines étaient plus larges, de type surf casting.056047053242
Le bâti également est en composite. Ce n’était pas du CI4 mais c’était suffisamment solide, mis à part la couche de vernis qui supportait mal les chocs.106

Le composite de la manivelle par contre n’a pas résisté à une chute fatale… Elle s’est cassée au niveau de la rotule. Je l’avais recollée à la super glue pour me donner bonne conscience mais je savais que c’était fini pour elle. Comme je comptais m’acheter un nouveau moulinet, je ne me suis pas mis à la recherche d’une manivelle neuve.036
La poignée en palissandre est très agréable, mais elle ne se démonte pas. Toutefois une ouverture permet d’y mettre une goutte d’huile pour l’entretien.037

Conclusion
Bien sûr le Turbocast n’était pas parfait et ne pouvait pas rivaliser avec les moulinets Japonais dernier cri qui lui faisaient une sérieuse concurrence (j’ai succombé aux sirènes de Shimano par la suite !) mais je vous défie de trouver aujourd’hui un moulinet de cette qualité pour moins de 120 €. Avec un vrai anti-retour infini et une manivelle en acier il pêcherait encore… Son système d’oscillation ingénieux et ses engrenages solides ne sont plus qu’un lointain souvenir, comparés aux Mitchell actuels, mais je n’oublierai pas les heures passées à mouliner fiévreusement avec lui  (et ma première Diaflash) le long des berges, sous le soleil, sous la pluie, dans la boue, dans la poussière, bredouille ou triomphant, mais toujours heureux d’être en sa compagnie! Nostalgie, nostalgie…255033Texte et photos : Jean-Paul Charles

Publicités

16 réactions sur “Le moulinet MITCHELL Turbocast 6500

  1. Merci pour ce nouvel article. Mitchell me rappelle mon enfance et la pêche à la cuillère avec un 350 (je crois). Celui-là est vraiment très joli (pour l’époque), et je n’aurais pas honte de m’en servir encore aujourd’hui. Son enroulement est vraiment excellent. Ah si Mitchell pouvait revenir…

    J'aime

    • Si je trouve une manivelle neuve je lui ferait reprendre du service! Je n’ai pas encore testé les nouveautés Mitchell de chez Pure Fishing, mais la série des 498 était pas mal pour le prix. Bon, c’est plus ce que c’était mais au moins on en a pour son argent… Mitchell ne reviendra plus mais ses avatars ne déméritent pas.

      J'aime

  2. Salut,
    C’est vrai que tu nous fais découvrir un bien beau modèle. Si j’en trouve un sur une brocante, j’en fais mon moulin de plages/vagues.
    Pour ton avis sur le « non-retour » de mitchell sur le marché du milieu/haut de gamme, je ne suis pas aussi pessimiste que toi. Je trouve vraiment qu’il y a une place pour un autre que les deux grands. Toutes les marques historiques se sont alignées sur le bas de gamme RPC. Mitchell, Penn, Abu, DAM ou un autre devrait un jour se réveiller et profiter de ce que les deux japonais s’endorment sur leurs lauriers et confondent comptabilité, marketing et R&D. J’y crois, même si l’attente commence à être longue !

    J'aime

  3. Salut Laurent,

    Le problème c’est que Mitchell n’existe plus en tant que société, la marque a été racheté par Pure Fishing qui possède aussi Penn, Abu, Shakespeare, etc,… Ces regroupements tendent à uniformiser les produits, parfois en bien, souvent en mal. Mitchell, Abu, Penn ne sont plus que des noms, ce qui faisait leur caractéristique propre a disparu. C’est comme si un grand trust rachetait Daiwa et Shimano, tu peux être certain qu’au bout d’un an on ne verrait plus de différence entre les deux!
    Tiens d’ailleurs je vais parler des débuts de Daiwa prochainement, ça va être instructif 😉 !

    J'aime

  4. Merci pour cette « découverte », enfin pas tout à fait car c’est un moulin que je voulais m’acheter mais… trop cher aussi pour moi à l’époque. Sa poignée bois me faisait penser à celle du Stradic FG (encore plus cher), sortie juste avant celui-là si mes souvenirs son bons. Étonnant ce système d’engrenage satellite, manque peu-être un ou deux roulements peu-être à cet endroit?

    J'aime

    • Malgré l’absence de roulement sous la roue d’oscillation, pas de frottements, il est vraiment très silencieux. C’est de la bonne mécanique, dommage qu’ils aient périclité car ils avaient de bonnes idées…

      J'aime

  5. Le bâti est esthétiquement, il y a eu d’autres modèles avec ce style design.
    Dommage que la qualité n’arrive pas à suivre, j’en ai encore 2 de Turbocast 6500SHS

    Le ratio de 5.8 pour un ramené de 102 cm donne un couple plutôt intéressant, habituellement la concurrence propose un 6.2

    Ceux sont mes derniers Mitchell, avant j’ai eu un 498 Pro (édition spéciale en coffret) dont la bobine a cloquer en moins de deux saisons.

    J'aime

  6. Malheureusement juste une par moulin 😦
    Les Daiwa BG 20 et 30 avaient ce même problème de manivelle fragile.

    Sinon j’ai eu également un moulin série 44.. Z mécanisme HS au bout de 2 ans.

    J'aime

  7. Pingback: Le moulinet MITCHELL 906 et le système Planamatic |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s