Rectificactif concernant le moulinet Daiwa Tatula HD 200

037Je l’avoue, j’ai émis une opinion un peu rapide sur les capacités du frein magnétique du Tatula HD 200 (et des autres qui lui sont similaires), que je pensais totalement inefficace à cause de mes compétences très limitées en matière de physique des matériaux dans le domaine du magnétisme. Mais je voulais malgré tout comprendre comment ça marchait, car je suis têtu. En parcourant l’excellent site Roumain MuliNETe, j’ai eu l’explication détaillé du pourquoi du comment. Ce frein marche, et en voici l’explication.

La traduction ci-dessous de l’article est dérivée de Google, on me pardonnera les approximations et les raccourcis que j’ai dû utiliser pour le rendre lisible en Français, mais l’essentiel est là:

La plupart des moulinets équipés de freins magnétiques (Daiwa, Abu, Shimano, Quantum) fonctionnent sur le principe de l’induction magnétique, selon la loi de Lenz. En bref, la loi de Lenz dit qu’un conducteur qui se déplace perpendiculairement à une force de champ magnétique induit génèrera un mouvement inverse à la force qui l’a produite. La loi de Lenz est essentiellement une conséquence de la loi de conservation de l’énergie de Faraday et cette force opposée est celle qui génère l’effet de freinage de nos moulinets équipés de freins magnétiques (exactement comme dans les moteurs, générateurs et nombreux autres appareils électromécaniques).
Faraday a découvert qu’en réalité, cette force opposée se produit en raison du fait que la surface du conducteur induit un courant électrique. Les techniques actuelles obtiennent une opposition des forces soit en déplaçant le conducteur à travers un champ magnétique, soit en déplaçant des aimants sur un conducteur fixe (Les deux méthodes ont été utilisées depuis des années sur les moulinets à frein magnétique).
Si vous étudiez toutes les formules découverts par Faraday et Lenz, vous trouverez que la quantité de force opposée créée dépend de nombreux facteurs, dont certains sont mentionnés ci-dessous.

* La force du champ magnétique. Plus les lignes de flux magnétique en intersection avec le conducteur seront nombreuse, plus grande sera la force opposée générée.

* La distance entre le conducteur et l’aimant (s). Si elle est faible, la force du champ magnétique est plus élevée, de sorte qu’il génère une plus grande force opposée.

* La conductivité du conducteur. Plus la conductivité de la bobine est faible, plus grande est la force générée.

* La taille du conducteur. Plus la surface du conducteur situé dans le champ magnétique est large, plus la force d’opposition qu’il génère est élevé (Etant donné que la surface est déterminée par l’épaisseur, plus l’épaisseur est grande, plus la force est élevée).

* La vitesse à laquelle le conducteur se déplace dans le champ magnétique. Plus la vitesse (nombre de tours par minute, en cas de mouvement de rotation), sera élevée et plus elle génèrera une force opposée. Ce paramètre est fondamental pour tous moulinets équipés de frein magnétique : En l’absence de mouvement, aucune force n’est générée et donc aucun effet de freinage.

Ce qui nous intéresse dans ce chapitre est que la force venant en sens inverse peut être modifiée en l’ajustant directement grâce à la molette de réglage. Certains fabricants appellent ce gestionnaire de champ électrique « inducteur » parce que ce courant électrique continu est induit en lui. L’inducteur peut se présenter sous la forme de plaque plane, de cylindre creux ou vient se loger la bobine non magnétique, attachée à l’axe. Il peut être à droite du tambour lui-même. Quel que soit le modèle, la force de torsion développée en face de l’inducteur est celle qui empêche la bobine de tourner trop vite dans un moulinet à frein magnétique.
Lorsque vous exécutez un lancer:

1. Dès que la bobine commence à tourner, elle produit une force opposée et l’effet de freinage commence à se manifester.
2. La vitesse augmentant, l’effet d’induction augmente et le freinage aussi.
3. Lorsque la bobine ralentie, l’effet de freinage diminue.

Courbe freinage

Le freinage magnétique présente certains avantages par rapport aux masselottes classiques. Comme il n’y a pas de contact entre l’aimant et la bobine d’induction, le risque que certaines parties s’usent est réduit à néant. En outre, le réglage du frein peut être fait directement à partir du moulinet en actionnant la molette, ce qui est l’idéal pour les pêcheurs peu familiers avec les moulinets casting, afin qu’ils puissent apprendre à lancer. Le comparatif ci-dessus entre un frein mécanique (centrifuge) et un frein magnétique est éloquent…

Il ressort de tout ça (il faudrait faire une analyse plus poussée sur l’induction mais je le crois sur parole!) que la force mise en œuvre est la force d’induction et non le basique magnétisme pur comme je le croyais benoîtement au départ, et que plus la bobine tourne vite, plus la force de freinage est grande, ce qui explique l’absence de perruques lors de mes tests avec des leurres lourds. L’utilisation d’un matériau amagnétique se justifie aussi, pas la peine de faire appel au paramagnétisme !
Toutes mes excuses donc à Daiwa pour mon jugement hâtif sur ce frein, qui fonctionne bien, même trop bien. C’est d’ailleurs le reproche de certains pêcheurs: la distance des lancers s’en trouve pénalisée, ce que j’ai observé moi aussi. Le réglage de la molette n’est pas non plus d’un grand secours : entre 0 et 20 il n’y a aucune différence avec des leurres lourds, comme je l’ai souligné, ce qui est normal car avec ce type de leurres la bobine tourne très vite et donc est freinée d’autant plus… J’ai chargé mon ami Simon de vérifier s’il lance mieux les leurres de moins de 20g comme me l’a suggéré Kyrax, j’attends le résultat !

Jean-Paul Charles

Merci au site MuliNETe pour l’ensemble de son œuvre! J’en profite au passage pour vous inviter à lire son article sur le Stella 1995, avec (déjà) le concept « X-Ship » et de l’alliage de titane pour l’axe et la vis sans fin, on peut se demander quels progrès ils on fait en 20 ans… A part dans la communication, aucun (cela n’engage que moi)!

11 réactions sur “Rectificactif concernant le moulinet Daiwa Tatula HD 200

  1. Pingback: Le moulinet Daiwa Tatula HD 200 HL |

  2. Merci pour cette mise au point, et comme l’indique le dicton « faute avouée, à moitié pardonnée ». (lol)
    Un bon petit moulinet finalement, ce qui est confirmé par plusieurs utilisateurs sur les divers forums que je fréquente.

    J'aime

  3. Dommage que Daiwa ne met pas plus en avant dans sa description commerciale la technologie de frein centrifuge.. et qu’il n’est pas efficace sur du Big bait par exemple. Cependant sur des petits leurres ça devrait bien réduir les perruques.
    En ce qui concerne le Stella 95, tu as entièrement raison, AUCUN progrès depuis 20 ans. D’ailleurs, l’intérieur ressemble à deux gouttes d’eau à ton TP SW 15! Quoi, je suis mauvaise langue..?

    J'aime

  4. bravo pour les recherches et corrections de ton avis initial.

    Ne comprenant pas l’intérêt des deux freins (magnétique et masselottes) en plus du frein de bobine sur mon dam quick d-lite. Je vais le regarder de plus prêt et essayer de comprendre l’intérêt de ce double système grâce à ton éclairage.

    A ce propos as tu prévu de détailler des moulins de chez dam comme les effzett FZ? En main en boutique ils semblent top pour le prix…mais pas de retour d’usage ou de leurs entrailles.

    J'aime

    • L’intérêt des deux freins (centrifuge et magnétique) est de parfaire la correction de la vitesse de rotation de la bobine, au début du lancer avec le frein centrifuge, à la fin avec le frein magnétique. On va dire que c’est un plus, bien que les deux freins soient un peu redondants et risquent de trop freiner la bobine et de diminuer la distance des lancers.
      Pour ce qui est des nouveaux DAM, ils sont désormais tous conçus et fabriqués en Chine, ce qui ne veut pas dire qu’ils sont mauvais, mais on ne peut plus parler de savoir-faire Allemand… Les Winnair et Victor par exemple sont identiques aux moulinets Chinois Cinetic, c’est juste le nom qui change. Je n’ai pas prévu d’en analyser un pour l’instant, je peux juste supposer que leur durée de vie sera limitée, un peu comme le Hart que j’ai examiné récemment. Tout dépend si tu t’en sers en eau douce ou en mer!

      J'aime

  5. Chapeau pour la rectification, savoir reconnaître ses erreurs et les expliquer est une belle preuve d’honnêteté! Je ne peux que confirmer la conclusion sur la combinaison centrifuge et magnétique. D’un côté on perd en distance de lancer de l’autre on gagne sur le côté anti perruques, à reserver aux débutants ou à ceux qui ne veulent pas se prendre la tête à régler à mon avis. Attention ma conclusion s’applique uniquement au revo stx avec des leurres de moins de 15gr qui à mon sens utilise des masselottes un peu trop lourdes pour cet usage, au dessus de 15gr et jusqu’à 100 gr il s’en sort à merveille et nul besoin de changer le réglage des masselottes en cours de route. Je reste persuadé que le même moulin avec une masselotte très légère dans le lot aurait grandement amélioré les performances dans la plage basse.

    J'aime

    • Merci pour ces précisions Kyrax, c’est vrai que les réglages sur les Casting sont compliqués en fonction du poids du leurre… Pour info, on n’a pas noté de différences en matière de distance avec le Tatula, même en utilisant des petits leurres… Mais on continue à le tester! Je referai un point sur ce moulin dans quelques semaines…

      J'aime

  6. Oui dès lors qu’on veux en tirer le maximum on peux passer du temps à trouver le bon réglage, mais avec l’experience ca devient comme un automatisme. Ca me fait penser à la gestion de l’embrayage et des vitesses sur une voiture d’ailleurs et j’ai envie de dire dans une certaine mesure, boite manuelle=casting boite auto=spinning ^^
    Ya un truc que j’avais zappé sur le tatula hd, le poids de la bobine (22 g)…, pour imager ca, un leurre de 5gr ne sollicitera quasi pas les freins d’une bobine lourde, la force engendrée par un leurre si léger aura deja du mal à entrainer le poids de la bobine (c’est plus compliqué que ca alors je vulgarise et puis je suis pas un as en physique et les maths ca me donne la migraine…). A l’opposé un leurre lourd sur une bobine légère sollicitera énormément les freins. Pour moi on devrait vraiment considerer cet aspect quand on achète un moulin casting, le poids de la bobine définira clairement une plage de poids de leurres optimale. Bon j’arrête là sinon jvais commencer à parler des roulements…

    J'aime

    • Ça dépend… Un leurre de 5g lancé à 80km/h aura une masse plus importante qu’à l’arrêt, là c’est de la physique! Bon, comme tu dis c’est sans fin, ce qui compte pour moi avant tout c’est le plaisir en cours de pêche que procure un moulinet, on analysera les us et coutumes des roulements plus tard 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s