Le nouveau Mitchell 498

M983

La société Pure Fishing continue à revisiter le passé en lançant une version modernisée du célèbre Mitchell 498, un des premiers moulinets « exo » du marché Français des années 70. Autant dire que ce nouvel avatar n’a plus grand-chose à voir avec l’original, néanmoins il ne démérite pas, loin de là, c’est d’ailleurs la bonne surprise de cette fin d’année.

Avant d’examiner ce moulinet en détail, je tenais à dire que j’ai entamé une collaboration avec la société Top Fishing qui m’a demandé une série d’articles sur les moulinets qu’elle commercialise. Vous trouverez donc sur son portail Web une version synthétique de mes analyses et ici-même une version plus poussée, mais je précise que ma parole est toujours libre, j’écris ce que je pense vraiment des moulinets en toute indépendance. Cela me permettra surtout d’examiner d’avantage de matériel en avant-première et ça tombe bien, l’année 2015 devrait être riche en nouveautés !

011La série Mitchell 498 est déclinée en 4 modèles :
-Le 198, le plus petit de la gamme, destiné au lancer léger.
-Le 298, modèle intermédiaire et passe-partout, du lancer lourd à la pêche à soutenir.
-Le 398 et le 498 enfin, plutôt destinés aux pêches fortes en mer et à l’exotique « léger ».
J’ai donc jeté mon dévolu sur le 298 qui me convenait mieux, mais tous les modèles ont la même configuration, il est donc assez représentatif de la gamme.

015037
C’est un moulinet plutôt réussi esthétiquement avec son rotor ajouré et son carter ovoïde sensé rappeler celui des Mitchell d’autrefois. Sa couleur sobre, noire et grise ainsi que son excellente finition en font un bel objet. D’un poids de 580g sur ma balance, sa fluidité est correcte sans égaler bien sûr celle d’un Shimano, nous sommes en présence d’un produit d’entrée de gamme. Il possède 6 roulements et un anti-retour permanent, son ratio est de 5,6/1, assez rapide donc. Entièrement fabriqué en Chine, le sérieux de la fabrication n’en est pas moins au rendez-vous : les contrôles de qualité lorsque vous lancez un moulinet sur le marché mondial sont drastiques !

Pour mémoire et pour ceux que la marque Mitchell passionne, vous trouverez l’histoire du 498 original sur le site « Mitchell collectors international » (en anglais) qui présente l’évolution des différents modèles de ce moulinet légendaire. La photo ci-dessous vient de ce site, un moulinet bien représentatif avec son pick-up manuel surdimensionné:Mitchell 498

La bobine, le frein et l’axe
Doté d’une bobine en aluminium ajouré de 60mm de large, le 298 est un bon lanceur comme nous le verrons plus loin. Le cliquet bruiteur produit un joli son métallique parfaitement audible en condition de pêche, ce que j’apprécie. Le clip line est présent, fixé à l’intérieur par un curieux et long ressort plat. Pas de roulement, mais un palier en laiton sur le moyeu qui maintient correctement la bobine sur l’axe. Je ne voudrais pas abuser, mais il me semble qu’une bobine supplémentaire en graphite n’aurait pas coûtée beaucoup plus cher, on s’en passera une fois de plus…

026022
Le bouton de frein s’est avéré plus complexe que prévu mais il est équipé d’un bon ressort hélicoïdal et d’un joint d’étanchéité qui fait correctement son boulot. Le cliquet bruiteur est lui aussi très sonore.021014
La pile de frein est bizarrement constituée d’un mélange de carbone et de feutre. Un premier disque en carbone est ensuite suivi de deux autres en feutre, disposition inhabituelle qui fait songer à une petite économie ! Ceci-dit, les disques sont très larges et fonctionnent bien, quoique que je vous suggère de mettre un peu plus de graisse sur les feutres qui n’en ont guère à l’origine. La progressivité est bonne mais assez rapide. Lorsqu’on arrive à 3kg de puissance, chaque « clics » compte et durci le frein d’autant. Donné pour 8kg, j’ai réussi à le pousser jusqu’à 9,5kg, avec des « pointes » à 11kg mais plus prosaïquement sa plage raisonnable d’utilisation se situe entre 3 et 7kg, ce qui est tout à fait correct et vous laisse l’esprit tranquille en cas de grosse prise potentielle : vous savez que vous pouvez aller un peu au-delà, mais pas trop longtemps quand même sous peine de faire souffrir la mécanique ! Un très bon frein donc, étanche et régulier.002
Sous la bobine se trouve un jeu de cale permettant de modifier la forme de l’enroulement (conique, droit, conique inversé). J’ai choisi de ne laisser qu’une seule cale pour avoir un enroulement conique inversé car je me suis surtout servi du 298 au lancer, mais un enroulement droit est peut-être préférable pour les pêches à soutenir, dans ce cas il suffit de rajouter une cale.
L’axe d’un diamètre de 5,5mm est en acier inox marine de bonne qualité. Il est solidement maintenu à la came d’oscillation par deux vis, cela a son importance. Il est donc suffisamment épais pour supporter les 8k de frein sans faiblir, c’est un point également important.036
Le rotor
C’est sûrement la pièce la plus originale de ce moulinet. La solidité du rotor est capitale pour obtenir une puissance de freinage correcte et éviter que le bras qui porte le galet ne touche la bobine en cas de forte traction. Ce rotor en composite est très rigide et permet en effet au frein de remplir parfaitement son rôle, c’est une réussite. Ajouré au maximum, il apporte une touche d’esthétique singulière.052058053
L’arceau du pick-up est très épais, vraisemblablement creux. Le galet est monté sur un roulement mais on ne peut pas démonter ce dernier, il est soudé au galet. Il tourne parfaitement mais en cas de problème il faudra changer l’ensemble Galet/roulement et non pas simplement le roulement, à condition de trouver des pièces de rechange, j’en parlerai dans un prochain article…089094Le ressort à compression est correct et la tige de déclenchement sert également à sécuriser le pick-up lors des lancer en appuyant sur une bande en caoutchouc située à la base de l’anti-retour. Ce dispositif est très efficace, il freine convenablement la rotation du rotor je n’ai eu à déplorer aucuns rabats intempestifs.096
L’anti-retour
Le bloc anti-retour est protégé par un enjoliveur en plastique argenté qui n’est malheureusement pas complètement étanche, c’est le point faible de ce moulinet. En mer, il faudra surveiller attentivement ce point d’entrée d’eau pour vérifier que le sel ne s’y accumule pas et ne parvienne à rentrer dans le mécanisme. La bande en caoutchouc à la base (flèche rouge) n’est pas un joint mais le point d’appui de la tige de déclenchement du pick-up comme je l’ai expliqué plus haut.061Constitué de 8 rouleaux et des classiques ressorts en V, cet anti-retour est bien meilleur que celui du Mitchell 300 sorti l’année dernière. Pas de jeu, pas de recul perceptible, il fait le boulot en douceur et semble solide.159

Le train d’engrenage

088Une fois le carter démonté, on note tout de suite que les engrenages manquent singulièrement de graisse. Je vous conseille fortement d’en rajouter aux endroits stratégiques pour améliorer la fluidité de l’ensemble, sans nécessairement tout démonter : privilégiez le pignon et la roue de commande ainsi que la came d’oscillation.
La roue de commande est en alliage de zinc de qualité. Il y a plusieurs types d’alliages, le plus courant étant le Zamac 2, qui résiste bien aux frictions, il s’agit sans doute de celui-ci. Le moulage est d’une grande finesse et les dents bien dessinées, comme quoi le zinc peut être aussi un matériau de qualité lorsqu’il est intelligemment utilisé. Bien proportionnée, cette roue de commande devrait avoir une durée de vie plus que correcte. Sertie sur un axe en inox et portée par deux roulements, je reste agréablement surpris par sa qualité.127140
Le pignon en laiton est plus quelconque, mais sa cohésion avec la roue de commande est bonne, je ne trouve rien à redire. Porté par deux roulements en avant et en arrière de l’anti-retour, il en aurait fallu un troisième à l’arrière ou au moins un palier pour diminuer les frottements car son extrémité repose directement dans une gorge du bâti.146

Nous retrouvons ensuite sans surprise la came en S qui permet le mécanisme de double oscillation. Cette came en zinc elle aussi est équipée d’un roulement à bille (démontable) qui diminue les frottements en bas, tandis qu’un rail de guidage la maintient en haut. Ce dispositif améliore grandement la fluidité, c’est assez rare de le voir appliqué dans cette gamme de prix. Bien sûr ce n’est pas parfait, on peut voir le frottement provoqué par le rail (flèche rouge), c’est une partie à graisser, mais dans l’ensemble c’est du bon boulot, on voit qu’une attention particulière a été apportée sur ce point. Bien paramétrée, cette came permet un enroulement régulier tout à fait satisfaisant, Shimano aurait dû s’en inspirer pour son nouveau Spheros ! Elle manque tout de même cruellement de graisse…107109105enr.298
La roue à ergot sur laquelle vient se positionner la came est un peu plus problématique dans la mesure où elle aurait elle-aussi nécessité un roulement, ou au moins un palier en téflon au verso afin d’éviter les frottements (flèche rouge). Comme ce n’est pas le cas, elle frotte directement sur le fond du carter et provoque à la longue cette sensation de grattage si caractéristique. La seule façon de l’atténuer est de graisser abondamment cette partie. Ceci dit le bruit généré est faible et ne nuit pas à la sensibilité en action de pêche, mais ce n’est pas le parfait silence d’un Shimano…098119121114
Dans l’ensemble ce train d’engrenage est de très bonne facture, simple et robuste, il ne devrait poser aucun problème sur le long terme. Par certains côtés, il est assez similaire à celui du Penn Spinfisher V. Comme je l’ai dit, un bon graissage s’impose car les minuscules boulettes de graisse d’origine sont insuffisantes. C’est dommage d’avoir mégoté sur ce détail… Donc démontez le rotor, enlevez ensuite le carter et graissez abondamment!

La manivelle
En aluminium et plutôt réussie esthétiquement, cette manivelle se visse directement dans la roue de commande, ce qui est une très bonne chose. Cela évitera tout jeu et permettra de retransmettre intégralement la force que vous exercerez sur la poignée. La rotule se démonte, bien que cela ne serve pas à grand chose…069077
La poignée en néoprène est bien proportionnée, ni trop grande, ni trop petite. Son seul défaut est qu’elle ne se démonte pas, à l’inverse de la rotule, et qu’un jeu existe (flèche rouge) à la jonction avec la poignée. Ce jeu provoque une série de « clac ! clac ! » énervants lorsqu’on rembobine. Il est impossible à corriger autrement qu’en intercalant soit un brin de laine, soit un joint en téflon blanc destiné aux filetages des robinets dans l’interstice. Ce petit bricolage ne prend guère de temps et permet de retrouver le silence, mais il n’avait pas lieu d’être…074

Le test en condition réelle

Mitchell298
Le 298 est un moulinet assez lourd (plus de 600g une fois rempli de fil) mais ça reste encore supportable pour une matinée de pêche. Première constatation, il lance très bien et très loin. Son bon enroulement et sa large bobine y sont évidemment pour quelque chose. J’ai atteint facilement les 60m avec des leurres courants, bien plus avec des casting jigs, il permet donc de passer rapidement d’une pêche à soutenir à une pêche au lancer au cas où l’on observe une chasse en surface par exemple, j’aime bien ce genre de polyvalence.
Son pick-up est très fiable, aucuns rabats au bout de plusieurs centaines de lancers parfois très appuyés, donc pas de risque de voir un montage ou un leurre satellisé !
Très bon aussi en récupération, son ratio assez élevé ne manque cependant pas de puissance et sa manivelle confortable vous donne immédiatement une sensation rassurante. La fluidité de l’ensemble est bonne, les bruits parasites minimes, c’est un moulinet très confortable.

M98 2
J’ai n’ai pas pu tester le frein faute de brochets combatifs, mais je pense qu’il n’y a aucun souci de ce côté-là, il faudrait des poissons vraiment énormes pour le pousser dans ses derniers retranchements!
Le Mitchell 300 version 2013 m’avait fortement déçu, j’appréhendais donc le test de cette nouvelle mouture du 498 mais j’avais tort. J’ai vraiment apprécié ce moulinet et j’estime que pour son prix (autour de 90€) il n’a pas de rivaux sérieux dans sa catégorie. C’est une mécanique robuste qui pourra durer longtemps avec un minimum d’entretien. Finalement, « l’esprit Mitchell » est bien respecté, je salue pour une fois le sérieux de Pure Fishing en la matière. Je lui accorde une note de 13/20, c’est un très bon investissement si vous voulez pêcher l’esprit serein sans exploser votre budget.éclaté298

Texte et photos : Jean-Paul Charles

Publicités

10 réactions sur “Le nouveau Mitchell 498

  1. Merci de m’avoir répondu. Aussi, j’ai un spinfisher v 5500 et je viens de commander un nouvel anti retour. En effet, à l’ouverture, je suis allé au silure et le moulinet s’est mis à mouliner a l’envers comme si j’avais desenclenché l’antiretour. Or ici il est permanent. Du coup j’ai démonté l’engin, nettoyé la piece à l’essence de térébenthine et ça a reccommencé. Cela se produit aléatoirement. Un mec du sav pro tres sympa à accepté de me parler et m’a dit que ce n’était pas connu de ce moulin. Indépendamment de cela, je regrette de l’avoir acheté car il perd sa souplesse, il a le poids de la robustesse mais que le poids. Il est quelconque. Il vaut 70€ car à130-140€ on devrait avoir du matériel bon. En plus il perruque bien avec la power pro 32/100 rouge :/. Du coup j’ai commandé des daiwa gs 9 pour le silure et le congre.

    J'aime

  2. Au fait ce blog est très très bien et c’est un plaisir à y aller !! Il m’a permis entre autre de ne pas m’orienter sur ce nouveau Mitchell 498 rien que pour l’anti retour. En effet, une piece comme celle la est trop importante pour être aussi « frêle » que ça et surtout pour des moulinets potentiellement amenés à treuiller !!! Aussi de mon propre avis je ne trouve pas que l’étanchéité soit importante. Sauf si on peche sur une digue est que l’on se prend les vagues en pleine poire lol !!

    J'aime

    • Celui du spinfisher. Je n’ai pas le mitchell. Oui question frein il est meilleurs mais au dela de 9 kg c’est la canne qui est arrachée des mains ou le pêcheur qui part à l’eau. Aussi j’avais perdu la vis du frein ou il est écrit HT100 et j’en avais commandé une nouvelle. Elle est plus douce que la première qui avait certainement un défaut car elle forçait comme si un truc coinçait.

      J'aime

  3. Il est trop cher le spinfisher. On paye la marque c’est comme les copies de moulins que vous nous avez fait décourir avec étonnement. La copie du Daiwa Capricorn par éxemple ou les autres faux noueaux modèles qui sont des maquillages. C’est grave !! Sur le Penn je trouve que le joint d’étanchéité est une hypocrisie également. ça serait comme mettre un toit ouvrant éléctrique dans une voiture qui a les vitres manuelles^^

    J'aime

  4. J’ai un gros Caperlan Carp premier prix ultra low cost avec 1 roulement et il est hyper souple, fonctionne parfaitement et semble robuste. Le fil enroule bien et il ne perruque pas. La mécanique semble etre en fonte d’alluminium mais les engrenages sont bien moulés et l’alliange est clair donc ça pourrait meme etre de l’alu tout court. l’axe parait gros et pourrait bien faire pas loins de 6 mm (pas mesuré). Le pignon est en laiton sans défaut visuel. Le tout dans un carter en graphite sans aucun jeu. L’anti retour n’est pas doux mais il est solide. Je me pose donc des questions si on ne se fait pas plus couillonner que de raison par tous ces fabriquants… En fait j’en suis meme sur mais « bisness is bisness »

    J'aime

  5. Les prix des moulinets dépendent de la qualité des matériaux, des coûts de main-d’œuvre, des taxes d’importations et de la marge du distributeur, c’est à ce dernier niveau que les prix s’envolent en général… J’essaye à travers ce blog de trouver des modèles qui soient de bon rapport qualité/prix, mais ce n’est pas facile, même les hauts de gamme ne sont parfois pas ce qu’ils prétendent être 😉 ! Bizness is bizness comme vous dites…

    J'aime

  6. Chez « à fond la forme » ça va bien leur materiel. À part pour le silure et les gros poissons marins tous les moulinets premiers prix de chez « à fond la forme » conviennent pour n’importe quel carnassier d’eau douce. J’avais un river 30 de chez eux en frein arrière et je n’ai jamais réussi à le faire souffrir… Je l’avais décortiqué et puis jetté quand j’étais enfant. Il avait toujours parfaitement bien fonctionné. Là j’utilise un daïwa lexa 300 hsl p. C’est mon moulin, il est bien sans plus, universel pour le big bait, crank bait, la cuillère, le leurre souple… avec une Sauvagear butch light xlnt 2 en 15-60g mais si je change un jour ça sera pour un combo 1er prix de chez « à fond la forme » avec du nylon fluo parce que le casting à part pour l’esthétique du moulinet ou pour se la jouer, je ne trouve pas d’avantage par rapport au spining. C’est seulement mieux au lancer, plus précis mais quand on perd pas 1/3 du temps à démêler les perruques. Ca rembobine mal et faut sans arrêt retendre la tresse.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s