Mes bas de lignes à brochet pour les leurres

 

040

 

 

Messire Esox a les dents tranchantes comme des rasoirs et bien qu’on arrive parfois à le mettre au sec sans bas de ligne avec un peu de chance, la présence de ce dernier reste indispensable. C’est contraignant mais c’est la seule façon de ne pas louper le brochet de votre vie le jour où ce dernier daignera enfin s’emparer du leurre que vous lui présentez. Petit tour d’horizon des différents modèles existants…

Il existe plusieurs solutions mais après avoir tout essayé ou presque et avant qu’on invente un jour un fil souple et transparent comme le nylon et résistant comme l’acier, j’en suis revenu au bon vieux compromis de l’acier gainé qui a l’avantage d’être fiable et économique. J’utilise ces avançons depuis de nombreuses années et j’ai mis au sec beaucoup de brochets, mais aussi des sandres, des perches et des chevesnes, le choix « cornélien » entre discrétion et sécurité me semble donc une vue de l’esprit…
Avant d’en parler, je voudrais faire un petit aparté sur le Fluorocarbone car j’en ai marre de lire tout et n’importe quoi là-dessus dans les revues ou sur le web ! S’il a des qualités indéniables dans beaucoup de domaines (transparence et résistance supérieure à l’abrasion), il ne peut pas sérieusement prétendre résister longtemps aux dents acérées de notre carnassier, même dans les gros diamètres. J’ai été coupé une fois avec un fluoro de bonne qualité, j’ai arrêté de croire aux fables des magazines… La vérité est qu’un 60/100 en nylon classique remplira exactement le même rôle qu’un Fluorocarbone de diamètre identique, c’est simplement l’épaisseur du fil qui permet d’éviter la coupe et non pas sa résistance à l’abrasion. D’autre part le Fluorocarbone supporte mal l’élongation (contrairement au nylon), ce qui provoque souvent des ruptures du fil aux endroits fragilisés. Et puis surtout, un bas de ligne en 60 ou 80/100 n’est pas franchement discret et nuit à l’animation de certains leurres. Je vous rappelle que le brochet possède une ligne latérale particulièrement développée et qu’il est plus sensible aux vibrations qu’à l’aspect visuel de votre bas de ligne. C’est donc sa finesse et non son invisibilité qui compte à mon avis. Un bas de ligne en acier gainé de 7kg de résistance ne mesure que 32/100 de diamètre. Quant à savoir si le brochet a le temps d’examiner votre bas de ligne lorsqu’il attaque, le débat reste ouvert mais je pense sincèrement que non… Conclusion : l’acier est largement gagnant, tant pis pour les vendeurs de rêves fluorés ! Cette mode du Fluoro en bas de ligne n’est pas fondée mais c’est tellement tendance… et on nous montre et remontre des photos de brochets record à l’appui pour nous conforter dans l’idée que c’est la solution idéale. Ces mêmes brochets auraient pu tout aussi bien être pris avec des bas de ligne en acier, mais le commerce en pâtirait…
Autre nouveauté récemment apparue : les avançons en titane. Je ne les ai pas encore testés car ils sont beaucoup trop chers et vu ma consommation assez élevée en bas de ligne, j’ai décidé d’attendre que les prix baissent et qu’ils soient un peu plus au point. Beaucoup d’amis qui les ont essayés m’ont en effet avoué qu’ils cassaient facilement au niveau des boucles. C’est sûrement un produit d’avenir, mais il ne peut pas prétendre lui non plus à concurrencer l’acier classique.
Retour donc aux avançons ou crinelles d’acier, mais pas n’importe lesquels. J’utilise volontairement de l’acier gainé en 7 brins car je sertis mes boucles avec des sleeves et ces derniers tiennent mieux grâce à l’enrobage de nylon. En effet, sur de l’acier nu, les sleeves ont tendance à glisser, il faut les doubler, ce qui est contraignant. Le gainage en nylon protège aussi l’acier de l’oxydation et rigidifie l’ensemble, ce qui l’empêche de boucler. On reproche souvent à ce type d’avançon de « tirebouchonner » mais je peux vous assurer que ce n’est pas le cas, sauf dans les très petits diamètres (résistance 3 ou 4g). Certains accrochages les déforment mais pas plus que d’autre matériau. L’autre avantage de l’acier est que les résistances annoncées sur les bobines sont exactes, voire légèrement supérieures. Un bas de ligne de 6kg résistera en moyenne jusqu’à 7kg de traction avec des sleeves. Pas la peine donc d’exagérer les diamètres, c’est souvent la tresse qui lâche avant l’avançon en cas d’accrochage sérieux. Pour le brochet, mes résistances s’échelonnent de 4,5kg à 9,5kg maximum, suivant les conditions rencontrées. Les diamètres exacts de ces bas de ligne varient selon les marques, mais après en avoir mesuré plusieurs au palmer (pied à coulisse digital), j’arrive aux résultats suivants :
-3kg = 24/100
-7kg = 32/100
-9kg = 45/100
-41kg = 70/100 (celui-là ne me sert pas pour pêcher mais pour accrocher des tableaux !)
033L’acier nu est plus fin, mais comme je l’ai dit il est plus difficile à sertir et a tendance à tirebouchonner.
Les marques que j’utilise le plus couramment sont Tortue et Flashmer, couleur naturelle, mais on en trouve aussi des verts et des noirs, c’est histoire de goût. Un conseil, n’utilisez pas les sleeves fournis avec les bobines, ils sont généralement trop petits et en nombre insuffisant, mieux vaut les acheter séparément.
Je dispose ensuite une agrafe de qualité à une extrémité et un petit émerillon rolling à l’autre pour le raccordement au corps de ligne. Vous ne pouvez pas nouer directement une tresse sur de l’acier, même gainé, car elle sera coupée par l’acier à la longue. Les émerillons rolling sont très solides et discrets, ce sont les meilleurs.
Pour sertir les sleeves j’ai une petite astuce : je réalise une boucle simple, puis je reviens insérer l’extrémité dans le sleeve en la repliant sur 8mm environ, il y a ainsi trois brins de sertis et ça ne bouge plus. Prenez des sleeves de qualités (en laiton), d’un diamètre plus large que celui du fil (1,2 ou 1,5mm en général). La pince à sertir n’est pas indispensable, je m’en passe depuis des années ! Une bonne pince plate écrasera le sleeve sans problème et ça tiendra très bien comme ça. Les étapes en images :

003006010012017021023025030
La longueur des bas de ligne a son importance aussi. Sachez que les brochets sont capables de rejeter un leurre par les ouïes, avec de fâcheuses conséquences si votre bas de ligne est trop court… La sécurité, c’est 40cm, même si vous utilisez de gros leurres. Sur l’image ci-dessous, un brochet de 80cm pris avec une ondulante de 10cm qu’il a avalé jusqu’au gosier et qui m’aurait certainement coupé si j’avais eu un bas de ligne trop court…012

Vous pouvez faire plus long, mais pas plus de 60cm, cela risque après de gêner vos lancers et n’oubliez pas non plus que l’émerillon peut venir taper et abimer l’anneau du scion (c’est le principal défaut du système) alors soyez attentifs en fin de récupération.

Certains trouveront peut-être en lisant ces lignes que je ne suis pas à la pointe du progrès mais je suis pragmatique, le bas de ligne idéal pour le brochet n’existe pas encore et celui-ci est certainement le plus efficace en toute circonstance!

 

Texte et photos : Jean-Paul Charles

4 réactions sur “Mes bas de lignes à brochet pour les leurres

  1. Salut Polo,
    J’ai trouvé un truc pas cher et qui va vite pour fabriquer un bas de ligne, une crinelle gainée plastique (unbreack cable), ça prends 2 ou 3 poissons avant de tirebouchonner mais ça tient bien. Tu devrais essayer à l’occas. Moi aussi j’arrête de plus en plus le BL en fluoro car je montais en 90 centièmes, je me suis fait couper sur un 70..Mais je garde quand même une tête de ligne en 25 ou 30 centièmes…
    A bientôt

    J'aime

    • J’ai vu ton truc mais il est trop cher! Un acier gainé Tortue ne coûte que 2,50€ les 10m, et il rend exactement les mêmes services. En plus, il ne tire-bouchonne pas… Je perds en moyenne 5 ou 6 leurres par sortie de pêche (du bord je précise, dans des endroits cauchemardesques mais c’est là que sont les plus beaux poissons…) et donc autant de bas de ligne. Je suis devenu sourcilleux sur le prix du mètre linéaire (et des leurres)! En bateau, les pertes sont presque nulles mais je reste fidèle à cette marque en attendant de trouver mieux. Quant au fluoro, certains restent convaincus de son invulnérabilité… jusqu’au jour ou ils se feront couper bêtement.

      J'aime

    • Je ne connaissais pas le truc, mais pourquoi pas…Le seul problème c’est que le diamètre du bas de ligne augmente beaucoup avec cette méthode! La 49 brins est bien et se noue facilement, mais elle est plus chère, je ne vois pas son utilité pour pêcher aux leurres, par contre pour le vif c’est le top.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s