Le moulinet TICA Talisman 4000

IMG_0296

Bienvenue sur mon nouveau blog, qui je l’espère sera débarrassé pour un temps des pubs assommantes dont pâtissait l’ancien. Je sais bien que la gratuité n’est que passagère sur le Web, mais me voilà donc reparti sur des bases plus saines pour aborder la rentrée ! Comme il m’était cependant difficile de transférer tous les articles sur le nouveau site, j’ai conservé l’ancien pour mémoire, que vous pouvez toujours consulter en allant sur la colonne de droite.

Pour ce premier article, je vais vous parler du Tica Talisman 4000, que j’ai longuement testé durant cet été, un moulinet intéressant à plus d’un titre…
Après le Tica Talisman 8000 sorti en 2011 et destiné aux pêches exotiques fortes, la marque décline désormais son modèle phare en tailles 2000, 4000 et 6000, plus adaptées au lancer classique sous nos latitudes, tout en affirmant conserver les qualités qui avait fait le renom du premier. Alors ces « petits » Talismans valent-ils un Daiwa ou un Shimano du même prix ? J’ai examiné le modèle 4000 qui est un moulinet destiné au lancer mi-lourd et éventuellement au jigging ligth grâce à son ratio de 6,3 assez rapide donc. Son prix avoisine les 260,00€, nous sommes donc dans le « moyen haut de gamme » et à ce niveau on est en droit d’attendre des qualités sinon exceptionnelles, tout au moins au-dessus de la moyenne.
Premières impressions:

tica 012

IMG_0296

IMG_0279

D’un poids de 445g, ce moulinet est très réussi esthétiquement au premier coup d’œil, mais quelques défauts s’observent rapidement au niveau des finitions quand on l’examine de plus près, notamment cette bande de carbone grossièrement collée sur la bobine : Beurk ! La peinture argentée qui recouvre le bâti en aluminium n’est pas très solide, je m’en apercevrais à l’usage, elle s’écaille facilement sur des chocs légers, laissant apparaître la sous-couche noire.Cependant il dégage une impression de robustesse indéniable et sa manivelle ornée d’une poignée boule en EVA de bonne qualité est très agréable en main.

IMG_0272

Beurk!

IMG_0273

Re-beurk!

IMG_0534

Si la fluidité est bonne, la douceur par contre n’est pas au rendez-vous… En tournant la manivelle, on entend un léger bruit d’horlogerie qui augmentera encore lorsque les engrenages seront sous tension, pendant la récupération d’un leurre par exemple. On ne peut pas dire que ce moulinet « gratte », mais il « ronronne » doucement et nous fait profiter de sa petite musique tout au long d’une partie de pêche, ce qui pourra en agacer plus d’un… Nous verrons plus loin d’où ce bruit provient mais sachez déjà qu’on ne peut rien y faire. Je reviens sur la fluidité : lorsqu’on débraye l’anti-retour, la manivelle tombe d’elle-même sous son propre poids, c’est donc malgré tout un moulinet très fluide, ses 14 roulements (13+1 en fait…) y sont pour quelque chose.

tica 021Il est livré avec deux disques de frein de rechange, un cache de manivelle supplémentaire, une housse néoprène et deux tubes de graisse, l’un pour les engrenages, l’autre pour le frein. Je ne vous conseille pas de les utiliser car j’ignore la qualité de cette graisse. J’aurais grandement apprécié par contre d’avoir une bobine supplémentaire !

La bobine, le frein et l’axe
La bobine en alu ajourée est de bonne qualité et assez large (60mm), avec des lèvres en V pompées sur les modèles Shimano, ce qui procure d’excellents lancers comme nous le verrons plus loin. D’un poids de 118gr, elle possède une capacité de 140m de 40/100 (mono-filament) qui a l’air de s’avérer exacte.

IMG_0422

IMG_0439

IMG_0441

Le bouton de frein est bien dimensionné, le ressort de bonne qualité, mais le joint d’étanchéité ne joue pas vraiment son rôle car trop petit, dommage. Le cliquet du bouton de frein est très sonore ainsi que le cliquet de frein situé sous la bobine.IMG_0424

IMG_0426

IMG_0438

IMG_0418

Le frein en lui-même est composé de 3 disques en carbone dans la bobine et d’un disque arrière situé sur l’axe.
Sa progressivité est très bonne et sa fluidité parfaite puisqu’il est monté sur 2 roulements.
Assez larges, ces disques procurent une bonne puissance de freinage, mais certainement pas 20kg comme annoncé par le fabricant ! J’ai poussé le frein du 4000 à 10,5kg mais c’est l’extrême limite qu’il peut supporter. Plus prosaïquement, sa plage de puissance maximale se situe autour de 7/8kg, ce qui n’est déjà pas si mal.
Du reste, l’axe est sous-dimensionné avec ses 4,2mm, il ne pourrait pas en supporter d’avantage. Plus grave, cet axe est en inox ferritique, ce qui peut devenir un problème pour son utilisation en mer. Un mauvais point d’entrée. C’est d’autant plus inexplicable que le reste du moulinet est en inox austénitique de qualité et en alu. Cette petite économie au niveau de l’axe est vraiment stupide. Il y a cependant plusieurs grades de qualité chez les inox ferritiques, souhaitons que celui-ci soit parmi les meilleurs. Il n’a du reste subit aucune déformation lors des tests à plus de 10kg.

IMG_0433

IMG_0432

Le rotor

IMG_0522

En aluminium, ce rotor très costaud est porté par un roulement situé sur l’écrou, c’est du luxe comme je l’aime!

IMG_0451

Autre petit luxe, un joint d’étanchéité a été rajouté par-dessus l’écrou afin que l’eau ne s’infiltre pas le long de l’axe, ce qui a l’air de fonctionner. Simple mais efficace.

IMG_0450IMG_0449

En aluminium épais, les bras sont indéformables même sous de fortes tractions.
Rien à redire non plus sur l’anse du pick-up en en alu creux, par contre le ressort à compression est assez basique et les caches latéraux sont de vulgaires bouts de plastique… ce ressort fonctionne correctement mais on a vu mieux. Celui du Stunna était mieux pensé, étrange…

IMG_0528

IMG_0530

Le galet recouvert de titane est porté par deux roulements et un palier en laiton, il tourne à la perfection.IMG_0525

L’anti-retour
C’est le même modèle que sur le Stunna, mais le système des ressorts qui le relie au levier est plus compliqué, à mon avis pour rien. C’est tout de même un très bon anti-retour, simple et efficace à 8 rouleaux. Aucun jeu perceptible, c’est un vrai anti-retour infini!IMG_0487IMG_0496

Un petit bémol : le truc noir en haut à gauche n’est pas un ressort très fin mais un cheveu chinois perdu par un ouvrier sur la chaine de montage…bof ! J’ai également retrouvé un minuscule copeau d’acier et quelques saloperies indéfinissables à l’intérieur du carter, les contrôles de qualité sont approximatifs chez Tica…
Un problème majeur apparaît toutefois au niveau du levier qui actionne l’anti-retour : il fonctionne parfaitement mais au niveau du carter il n’y a aucun joint pour empêcher les intrusions d’eau…Pareil à la sortie au niveau de l’anti-retour. C’est un peu la faille dans la cuirasse car autrement ce moulinet aurait été presque 100% étanche ! Dommage. On peut toutefois remédier à la chose en graissant abondamment la jonction entre les deux ou mieux encore, en mettant un petit joint torique à l’extérieur entre le carter et le levier.IMG_0517

Le train d’engrenageIMG_0516

Le démontage du carter est assez long puisqu’il faut en lever le rotor, puis la plaque de protection arrière. Cette pièce est en inox et son étanchéité est assurée par un capuchon de caoutchouc qui englobe complètement le cul du moulinet, pourquoi pas, ça semble fonctionner.IMG_0456IMG_0453

Toutes les vis de fixation sont en inox de bonne qualité et celles du carter possèdent en plus un joint pour l’étanchéité.IMG_0472

La roue de commande est particulièrement impressionnante. Elle est en acier inox marine usinée dans la masse. D’un poids de 31g et d’un diamètre de 34mm, elle semble à priori indestructible. La finition est excellente, il n’y a rien à redire. C’est certainement la meilleure roue de commande que j’ai vue depuis longtemps. Pas d’alliage sophistiqués mais du costaud, ça semble être la politique pragmatique de Tica. Elle est bien sûr portée par deux roulements protégés.IMG_0459IMG_0457

Le pignon en laiton, lui, est plus basique. Il était en acier sur le Talisman 8000 original. Il semblerait d’autre part que la cohésion avec la roue de commande ne soit pas parfaite. L’ajustement entre les dents de celle-ci et l’hélice du pignon manque légèrement de précision, il y a un tout petit jeu qui est à l’origine du bruit d’horlogerie que je décrivais au début. C’est à mon avis le plus gros problème de ce moulinet, même si à l’usage, je n’ai pas noté d’usure significative de ces deux pièces essentielles. J’ai pêché avec ce moulinet une bonne centaine d’heure et il fonctionne toujours parfaitement, mais rien ne dit que ce sera le cas au bout de 300 ou 400 heures d’utilisation, le jeu entre la roue de commande et le pignon ne pouvant aller qu’en augmentant. Même généreusement graissé, le bruit persiste. On est loin de la perfection Digigear de Daiwa, bien que les Daiwa aussi font du bruit au niveau de la came d’oscillation : mon Blast est finalement aussi bruyant que le Tica après un an d’utilisation… Peut-être suis-je aussi tombé sur un modèle défectueux : si d’autres possesseurs du 4000 ont ce problème de bruit qu’ils me le fassent savoir afin que nous puissions comparer nos expériences.
Ce pignon est porté par deux roulements à chaque extrémité, sa rotation est optimale.IMG_0492

L’engrenage qui entraîne le Wormshaft est quant à lui en aluminium, il fonctionne en douceur et en silence.IMG_0498

La double oscillation est donc obtenue avec un système Wormshaft de qualité. La double vis sans fin est en inox marine, elle-aussi usinée dans la masse, très solide. Elle est portée par un roulement à l’arrière mais seulement un palier en laiton à l’avant, on aurait préféré un roulement là-aussi, comme sur le modèle 8000.IMG_0485

Un roulement a été rajouté sur la came d’oscillation afin d’accentuer la fluidité, il suit un rail qui maintien correctement le dispositif.IMG_0512IMG_0478

La dent du Wormshaft est solide, il n’y a aucun jeu de l’ensemble.IMG_0507

A noter que la vis qui maintien l’axe sur la came a été collée à la super glue. C’est un procédé assez courant, certains spécialistes préconisent même de le faire préventivement pour éviter que la vis ne bouge, mais honnêtement ça ne m’est jamais arrivé. Je n’ai pas eu de mal à la dévisser, la qualité de la colle étant sans doute médiocre.IMG_0514

L’ensemble du système d’oscillation est très cohérent et très fluide, il n’y a pratiquement pas de frottement parasite.

IMG_0469

L’enroulement obtenu est parfait, digne des meilleurs moulinets japonais:IMG_0555IMG_0557

La manivelle
En aluminium, mais sans doute pas forgée à froid, plutôt moulée, elle se visse directement dans la roue de commande. Il n’y a pas de joint d’étanchéité au niveau du carter, c’est aussi une petite faiblesse, il faudra penser à bien graisser ce point sensible d’entrée d’eau. Sur le modèle 8000, il y a un double joint, c’est nettement mieux même si ça enlève un peu de fluidité.IMG_0445

La poignée est sur mon modèle de type boule, mais on trouve aussi des 4000 avec des poignées ovales ou cylindriques, cela dépend des lots visiblement. Cette poignée est vraisemblablement montée sur deux roulements. Je dis bien vraisemblablement parce que je n’ai pas réussi à la démonter, la vis étant certainement collée à la super glue, comme pour le Penn Conflict et je n’ai pas voulu forcer pour éviter de la bousiller. Là aussi on se demande bien pourquoi condamner cet accès. Mettre un peu d’huile pour l’entretien courant devient impossible… enfin elle tourne très bien et ne pose pas de problème, je me suis donc arrêté là dans mon investigation.IMG_0447

Le test en condition réelle

J’ai pêché avec ce moulinet tout l’été et franchement je ne l’ai jamais pris en défaut. Mis à part son petit bruit d’horloge qui perturbe un peu la résonance de la canne, il est très agréable à utiliser. C’est un excellent lanceur, j’ai pulvérisé mes records de distance avec lui et avec l’aide de ma canne Daiwa Sea Bass. Aucune perruque à signaler, même avec plusieurs qualités de tresses, aucun rabat de pick-up intempestifs. Son poids encore relativement léger ne fatigue pas le bras, on peut lancer des heures sans efforts.
J’ai pris pas mal de brochets avec lui, son frein doux et régulier est un vrai plaisir. J’ai décroché un beau spécimen qui devait dépasser les 90cm mais comme je l’ai tenu quand même deux ou trois minutes et que c’était violent, j’ai là-aussi pu juger de la parfaite tenu du frein sur des tirées franches et des coups de têtes furieux, il est irréprochable. Je pense qu’en pêche exotique légère il devrait faire aussi bonne figure, il est sûrement capable de brider de très beaux poissons.brochet talismann2

brochet talisman

Conclusion
J’avoue que je ne sais pas trop comment juger équitablement la bête. Le Tica Talisman 4000 est un moulinet robuste et fiable avec un frein de qualité. Il est sans conteste au-dessus de la moyenne. Agréable d’utilisation, j’ai vraiment apprécié les heures de pêche en sa compagnie. Mais il y a ce problème d’ajustement roue de commande/pignon et le bruit qui en résulte, ce qui soulève des questions sur sa longévité à (très) long terme. Son étanchéité est à revoir également, surtout au niveau du levier de l’anti-retour. Il y a enfin son prix que je juge un peu trop élevé comparativement à d’autres moulinets possédant les mêmes caractéristiques (mais dont les prix sont encore plus élevés…) et je trouve que par rapport à son prédécesseur (le 8000), la qualité de l’ensemble est en légère baisse, ce qui me fait lui donner une note de 13,5/20 seulement alors que si ces petits défauts étaient corrigés il obtiendrait facilement 15/20. Pas vraiment low cost, pas vraiment haut de gamme, un peu entre les deux, c’est tout de même un bon investissement si vous désirez un moulinet solide et sans problème, capable de venir à bout de n’importe quel poisson de 20kg et plus. Il devrait logiquement bien résister aux contraintes mécaniques dans le temps grâce à ses coefficients de sécurité élevés. Pas révolutionnaire mais pas mal pensé quand même. Il faut enfin saluer la qualité des pièces internes qui est sans doute bien meilleure que beaucoup de moulinets de marques plus connues, ce qui me fait penser d’instinct qu’il durera plus longtemps qu’un moulinet plus « raffiné » et plus fluide, mais ça, ce n’est pas scientifique…

Tica a encore de gros efforts à faire au niveau de la finition et des contrôles de qualité, mais c’est une marque qui progresse régulièrement et que je suis avec intérêt. Ses moulinets ne sont pas tout à fait au niveau des grandes marques Nippones mais ça ne tient qu’à un cheveu si j’ose dire ! L’autre problème de Tica est son absence quasi totale de service après-vente à l’étranger: trouver des pièces de rechange est presque impossible…Une fois que les fabricants Chinois auront intégré toutes les normes d’exigence du marché Européen, un avenir certain s’ouvrira alors à eux en tant que véritables constructeurs indépendants et non plus en tant que simples sous-traitants OEM, c’est tout le mal que je leur souhaite.

IMG_0502

Texte et Photos : Jean-Paul Charles

Publicités

4 réactions sur “Le moulinet TICA Talisman 4000

  1. Merci pour votre travail qui est remarquable.je viens de commander le tica talisman 4000 car pas les moyens de prendre un saltiga Stella ou autre best seller.je ne manquerai pas de revenir vers vous après quelques mois d’utilisation pour pouvoir dire mon avis sur ce produit.

    J'aime

  2. merci pour ce document très instructif… J’utilise un 8000 poignée tonneau depuis quatre séjours de pêche (Guinée et NC), et je me félicite toujours de mon achat. Ce moulinet étonne et plait beaucoup (tout comme mon Ryobi 5000 Safari), et montre qu’il n’y a pas que deux marques à faire le job sur le marché, si tant est qu’elles le font toujours!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s